• Accueil
  • > Crise : les hauts responsables renoncent à leurs indemnités, pas en France…. en Espagne

Crise : les hauts responsables renoncent à leurs indemnités, pas en France…. en Espagne

Crise : les  hauts responsables renoncent à leurs indemnités, pas en France…. en Espagne

 

Des dizaines d’anciens dirigeants ont décidé d’abandonner leurs indemnités de fonctions en Espagne soit près de 5 millions d’économie.  En France, on réduit quelques fois mais peu, les privilèges sont sacrés comme le nombre d’élus quatre fois trop nombreux (parlement, élus locaux et d’institutions de tout poil). Des élus qui ont besoin d’une administration, laquelle sécrété à son tour procédure et fiscalité. En Espagne sur un total « de 85 personnes en droit de percevoir des compensations économiques, seules 21 d’entre elles ont décidé de continuer à les recevoir », selon un communiqué du ministère des Finances.  Ces anciens hauts fonctionnaires appartenaient, pour beaucoup, à l’ancienne administration socialiste dirigée par José Luis Rodriguez Zapatero.  Déjà sous l’ancien gouvernement de M. Zapatero, les membres de l’exécutif espagnol avaient renoncé à leurs indemnités de fonction, correspondant à 80% de deux années de solde.  Déterminé à réduire son déficit public de 8,9% du produit intérieur brut (PIB) en 2011 à 6,3% cette année et à 4,5% en 2013 avant de parvenir à moins de 3% en 2014, l’actuel gouvernement espagnol à mis en place un plan draconien d’austérité.  La crise que traverse le pays a notamment entrainé un taux de chômage dépassant les 25% de la population active et suscité la naissance d’un vaste mouvement populaire de protestation – les « indignés » – qui cherche à décrédibiliser la classe politique au sein de l’opinion publique.

0 Réponses à “Crise : les hauts responsables renoncent à leurs indemnités, pas en France…. en Espagne”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol