• Accueil
  • > Obama et Hollande : « espoirs de stabilité en zone euro » des vœux pieux ; même Lagarde n’y croit pas

Obama et Hollande : « espoirs de stabilité en zone euro » des vœux pieux ; même Lagarde n’y croit pas

Obama et Hollande :  « espoirs de stabilité en  zone euro » des vœux pieux ; même Lagarde n’y croit pas

. « La stabilité en zone euro »,  c’est le souhait commun exprimé ce mercredi par les présidents français, François Hollande, et américain, Barack Obama. Même la prudente Christine Lagarde du FMI n’y croit pas. Puisque l’Europe n’a déjà pas été capable de mettre en application les décisions pourtant peu ambitieuses du dernier sommet européen, à fortiori les doutes sont plus importants sur une intervention plus massive par exemple de la BCE.  Les deux dirigeants «ont eu un échange approfondi sur la situation économique internationale et ont exprimé leur intérêt commun à la croissance en Europe et à la stabilité de la zone euro, nécessaires à la reprise de l’activité économique mondiale», affirme l’Élysée dans un communiqué.  Selon la présidence française, François Hollande «a insisté sur la volonté de la France de mettre en œuvre, avec ses partenaires de l’Union européenne, les décisions prises par le Conseil européen des 28 et 29 juin dernier. Les dispositifs et instruments prévus à cette occasion doivent pouvoir être utilisés dans les meilleurs délais», poursuit le communiqué. Preuve de l’inquiétude des États-Unis, le secrétaire américain au Trésor, Timothy Geithner, avait également eu une conversation téléphonique au sujet de la situation dans la zone euro avec le ministre français de l’Économie et des Finances, Pierre Moscovici, en début de semaine. Les deux hommes avaient discuté des efforts menés actuellement par l’Europe pour assurer la stabilité financière et encourager la reprise de la zone euro.  Plus tôt dans la soirée, la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, faisait part de son inquiétude quant à l’état de santé de l’économie mondiale. Lors d’une conférence de presse à Washington, cette dernière a dit observer «clairement en ce moment une perte de confiance qui est alimentée par une combinaison de mauvais indicateurs économiques et par la réaction des investisseurs à cette situation». En ligne de mire: la zone euro. La directrice du FMI a évoqué ses «doutes» sur la capacité des dirigeants européens à mettre en œuvre les décisions auxquelles ils se sont engagés. Concernant la Grèce, Christine Lagarde a réaffirmé son intention de ne «jamais» quitter la table des négociations. Les experts de la troïka (dont fait partie le FMI aux côtés de la BCE et de l’UE), en visite à Athènes depuis la semaine dernière, pressent le gouvernement grec de coalition, dirigé par le premier ministre Antonis Samaras, de procéder à de nouvelles mesures de rigueur de 11,5 milliards d’euros pour 2013 et 2014 pour rattraper les retards. Le versement de la tranche du prêt prévu en juillet n’a justement pas été fait et le pays se trouve à court d’argent. Le FMI promet d’être encore «exigeant» avec les autorités grecques concernant les réformes attendues en échange de son sauvetage financier.

 

0 Réponses à “Obama et Hollande : « espoirs de stabilité en zone euro » des vœux pieux ; même Lagarde n’y croit pas”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol