• Accueil
  • > Attali : les JO, une distraction coûteuse !

Attali : les JO, une distraction coûteuse !

Attali : les JO, une distraction coûteuse !

 

Curieuse cette contradiction entre Ayrault qui envisage le JO à Paris pour 2024 et Attali qui décèle dans cette manifestation sportive une distraction très coûteuse. Pourtant l’un est aux « affaires » et devrait se soucier surtout de gestion. Malheureusement comme beaucoup de politiques, une fois le pouvoir conquis, o ne sait plus quoi en faire et surtout comment résoudre la crise ; Du coup, pourquoi ne pas proposer la distraction. Pendant qu’on parle des jeux, on oublie (pour ceux qui ne sont pas concernés)  les plans sociaux, les 1000 chômeurs supplémentaires par jour, la dette et la récession. Cette interview d’Attali dans le JDD est significative du décalage entre la vision gestionnaire et la vision surréaliste au sein même du PS (contradiction qui traverse tous les courants politiques et même toute la société).

INTERVIEW  – Jacques Attali, économiste et écrivain, revient sur la cérémonie des JO, ainsi que sur les enjeux économiques pour Londres.

Quatre ans après la cérémonie de Pékin, que vous a inspiré le show rock’n’roll et décalé de Londres 2012?
Cette volonté de légèreté, de dérision, correspond bien à une conception nouvelle : les Jeux olympiques sont devenus un spectacle et les athlètes, des artistes rémunérés. La cérémonie d’ouverture s’inscrit en quelque sorte comme le prélude d’une comédie musicale. En Occident, on est clairement dans l’affirmation d’un jeu qui n’est plus olympique ; c’est un jeu au sens de la distraction. Les pays du Sud, comme la Chine, n’ont pas passé cette étape. Ils sont encore dans l’expression d’une puissance et d’un nationalisme. Cela reste vrai en Occident mais autrement : lorsque le spectacle est bon, le spectateur s’identifie non pas à un des personnages, comme c’est le cas dans un roman ou au cinéma, mais à sa nation.

David Cameron a indiqué que si des économies devaient être faites, ce ne serait pas sur la cérémonie d’ouverture…
C’est un spectacle éphémère comme un autre : une bulle de savon, un feu d’artifice… Pour la Grande-Bretagne, qui est aujourd’hui confrontée à une crise économique immense et à au moins trois scandales financiers, c’est surtout une bonne façon de penser à autre chose pendant quelques jours. Ce que nous disent ces Jeux, c’est que nous avons toujours la volonté de nous distraire en période de crise. La comédie musicale n’est-elle pas née aux États-Unis pendant la crise de 1929?

La belle universalité de la cérémonie n’est-elle pas en décalage avec l’actualité?
Contrairement à ce que beaucoup de monde croit, nous sommes dans la période la plus pacifique de l’histoire de l’humanité. Il y a la guerre, évidemment tragique, en Syrie mais pas de conflit entre des pays pour la première fois depuis très longtemps. Par ailleurs, nous n’avons jamais été aussi riches. En revanche, nous sommes dans une période d’une inégalité extrême et croissante entre les riches et les pauvres à l’intérieur des pays et entre les pays. Et la crise creuse ces écarts. C’est ce que les Jeux viennent masquer parce que tous les athlètes portent le même maillot, même si la couleur n’est pas la même. Cette égalité fraternelle est une illusion.

Aujourd’hui, la Syrie, qui a envoyé des athlètes aux Jeux, lance des chars sur Alep. La trêve olympique a-t-elle un sens?
Bien sûr. Mais elle fonctionne pour des conflits entre les nations, pas pour des guerres civiles. Cependant, il est tout à fait scandaleux d’avoir admis la Syrie à ces Jeux. Mais ce n’est pas une première…

Économiquement, les Jeux peuvent-ils être un levier pour l’Angleterre?
Cet argent pourrait être beaucoup mieux utilisé : dans la lutte contre le chômage, la pauvreté, la misère… Avec ce que coûtent les jeux Olympiques, j’ai calculé que nous aurions pu donner les moyens de travailler durablement à près de 4 millions de personnes dans le monde. Accueillir les Jeux coûte beaucoup plus cher que cela rapporte et cela ne peut rapporter que s’il reste des installations pérennes qui donnent envie aux touristes de venir les voir.

Vous parlez des Jeux comme d’une distraction honorable », n’est-ce pas un peu court?
C’est une comédie plaisante qu’il faut prendre comme telle, dont les acteurs sont des personnes très honorables qui méritent pour l’essentiel la rémunération de leur travail. On ne peut pas en attendre davantage. D’autant plus que nous sommes en plein milieu d’une grande crise financière. Les Jeux ne doivent pas cacher cette réalité: nous sommes dans un moment de survie de la zone euro. Je pense que nous ferons ce qu’il faut pour éviter le pire ; l’ironie tragique serait que la monnaie unique soit menacée en plein milieu des Jeux à Londres.

 

0 Réponses à “Attali : les JO, une distraction coûteuse !”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol