• Accueil
  • > Moderniser la vie politique avec Jospin, c’est comme demander à Mac Do d’améliorer la gastronomie française

Moderniser la vie politique avec Jospin, c’est comme demander à Mac Do d’améliorer la gastronomie française

Moderniser la vie politique avec Jospin, c’est comme demander à Mac Do d’améliorer la gastronomie française

 

 Confier la modernisation de la vie politique à Jospin qui va présider la commission ad hoc, c’est surréaliste ; Jospin, pur produit de la technocratie politique ; énarque qui a fait toute sa carrière dans le système est sans doute le moins qualifié pour ce genre de réflexion ; Homme d’appareil, par ailleurs psychorigide et incapable de la moindre autocritique, Jospin ne risque pas de favoriser une évolution significative de la vie démocratique. Cela d’autant plus qu’il sera essentiellement entouré de vieux fonctionnaires produits et reproducteurs du système. La vraie question ne sera pas abordée à savoir la représentativité de la classe politique par rapport à la sociologie de la France (exemple pas un ouvrier à l’assemblée , pour un parti socialiste c’est fort !). La grosse majorité des politiques est issue de la fonction publique Ce qui les empêche de d’avoir la moindre idée des réalités économiques, sociales et même culturelles de ce pays. D’où la dérives des compeas, d’où la bureaucratisation, d’ou la perte de compétitivité et le chômage. Retiré de la vie politique active depuis dix ans, mais très présent dans la dernière campagne présidentielle aux côtés de François Hollande, Lionel Jospin revient aux responsabilités. L’ancien Premier ministre va en effet prendre la tête de la commission sur la moralisation et la rénovation de la vie politique voulue par le nouveau chef de l’Etat. C’est François Hollande lui-même qui l’a annoncé, ce samedi, lors de son interview télévisée du 14-juillet, saluant «un homme incontestable pour son intégrité». «Il y a des règles qui sont demandées, parce que nous sommes dans une période difficile et qu’il y a une exigence de moralisation, de rénovation», a rappelé François Hollande. «Donc je vais proposer une commission, dans un délai très court, qui sera présidée par un homme incontestable pour son intégrité», a poursuivi le chef de l’Etat, avant de livrer le nom de Lionel Jospin. Cette commission, a indiqué François Hollande, sera chargée de faire «des propositions pour le non-cumul des mandats – pour que les parlementaires soient pleinement impliqués dans la vie législative -, le financement des campagnes, les modes de scrutin (…) et enfin tout ce qui est charte éthique», conformément aux engagements pris durant sa campagne présidentielle. Le président de la République a encore signalé que, s’agissant des modes de scrutin, la commission se penchera, outre les sénatoriales, sur l’introduction d’une part de proportionnelle aux législatives. Bref du bricolage à usage de la classe politique (moins de mandats c’est bien mais c’est augmenter le volume d’une classe politique déjà pléthorique). Moderniser la vie politique avec Jospin, c’est comme demander à Mac do d’améliorer la gastronomie française Confier la modernisation de la vie politique à Jospin qui va présider la commission ad hoc, c’est surréaliste ; Jospin, pur produit de la technocratie politique ; énarque qui a fait toute sa carrière dans le système est sans doute le moins qualifié pour ce genre de réflexion ; Homme d’appareil, par ailleurs psychorigide et incapable de la moindre autocritique, Jospin ne risque pas de favoriser une évolution significative de la vie démocratique. Cela d’autant plus qu’il sera essentiellement entouré de vieux fonctionnaires produits et reproducteurs du système. La vraie question ne sera pas abordée à savoir la représentativité de la classe politique par rapport à la sociologie de la France (exemple pas un ouvrier à l’assemblée , pour un parti socialiste c’est fort !). La grosse majorité des politiques est issue de la fonction publique Ce qui les empêche de d’avoir la moindre idée des réalités économiques, sociales et même culturelles de ce pays. D’où la dérives des compeas, d’où la bureaucratisation, d’ou la perte de compétitivité et le chômage. Retiré de la vie politique active depuis dix ans, mais très présent dans la dernière campagne présidentielle aux côtés de François Hollande, Lionel Jospin revient aux responsabilités. L’ancien Premier ministre va en effet prendre la tête de la commission sur la moralisation et la rénovation de la vie politique voulue par le nouveau chef de l’Etat. C’est François Hollande lui-même qui l’a annoncé, ce samedi, lors de son interview télévisée du 14-juillet, saluant «un homme incontestable pour son intégrité». «Il y a des règles qui sont demandées, parce que nous sommes dans une période difficile et qu’il y a une exigence de moralisation, de rénovation», a rappelé François Hollande. «Donc je vais proposer une commission, dans un délai très court, qui sera présidée par un homme incontestable pour son intégrité», a poursuivi le chef de l’Etat, avant de livrer le nom de Lionel Jospin. Cette commission, a indiqué François Hollande, sera chargée de faire «des propositions pour le non-cumul des mandats – pour que les parlementaires soient pleinement impliqués dans la vie législative -, le financement des campagnes, les modes de scrutin (…) et enfin tout ce qui est charte éthique», conformément aux engagements pris durant sa campagne présidentielle. Le président de la République a encore signalé que, s’agissant des modes de scrutin, la commission se penchera, outre les sénatoriales, sur l’introduction d’une part de proportionnelle aux législatives. Bref du bricolage à usage de la classe politique (moins de mandats c’est bien mais c’est augmenter le volume d’une classe politique déjà pléthorique).

0 Réponses à “Moderniser la vie politique avec Jospin, c’est comme demander à Mac Do d’améliorer la gastronomie française”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol