• Accueil
  • > Draghi : l’euro est « irréversible » … dans ses rêves ?

Draghi : l’euro est « irréversible » … dans ses rêves ?

Draghi : l’euro est « irréversible » … dans ses rêves ?

Curieuse déclaration que celle de Draghi à propos de l’irréversibilité de l’Euro. Il cherche qui à convaincre ? Les marchés qui de plus en plus doutent que la zone euro sorte de la crise avant des annaeés. Déclaration alors inutile et même dangereuse quand on connait le langage diplomatique qui consiste souvent à affirmer le contraire de ce qu’on pense. Convaincre l’Allemagne ? Peut-être, non seulement sur le caractère irréversible mais sur les moyens nécessaires pour cela. Pas sûr que la parole de Draghi soit très entendue de l’autre coté du Rhin ; La BCE n’aurait pas de tabous ? Ça veut dire quoi ? Qu’elle peut employer tous les moyens des autres banques centrales y compris acheter les obligations des pays en difficulté ? Là aussi, il faudrait en convaincre pays du Nord et Allemagne. Pour Draghi, l’euro est « irréversible » et la Banque centrale européenne n’a aucun tabou quand il s’agit de le préserver, y compris en revenant sur son opinion concernant les créanciers des banques, assure son président Mario Draghi dans un entretien au Monde publié samedi. Il n’y aura pas d’explosion de la zone euro, car « c’est méconnaître le capital politique que nos dirigeants ont investi dans cette union et le soutien des Européens. L’euro est irréversible », affirme M. Draghi dans cet entretien publié dans l’édition de dimanche et lundi du quotidien français.   »La préservation de l’euro fait partie de notre mandat », et pour y parvenir, « nous sommes très ouverts et n’avons pas de tabous », ajoute le président de la BCE.  Il rappelle que l’institution qu’il préside a décidé d’abaisser son taux directeur à moins de 1%, l’inflation étant proche de 2%, objectif fixé par l’institution. Mais il existe des marges de manœuvre, M. Draghi jugeant « probable qu’elle (l’inflation) reflue dès fin 2012″. « Si nous constatons de tels risques de déflation, nous agirons », assure-t-il. Finalemenet une déclaration ambigüe normalement faite pour rassurer des marchés qui ne croient guère en a capacité actuelle des autorités européennes de restaurer confiance et croissance.  Le président de la Banque centrale estime également qu’il est utile d’impliquer les créanciers seniors, dans le cas de faillite d’une banque, une disposition à laquelle la BCE s’est longtemps opposée, notamment lors du sauvetage des banques irlandaises. « Une chose importante concerne l’implication des créanciers seniors des banques: la BCE considère qu’elle doit être possible en cas de liquidation d’une banque. Il faut protéger les épargnants, mais les créanciers devraient être associés à la résolution de la crise pour limiter l’engagement des contribuables. Ils ont déjà beaucoup payé », explique M. Draghi.  Lors de la mise en liquidation d’une banque, ce mécanisme contraindrait les investisseurs à assumer des pertes sur les obligations seniors (dont le remboursement est prioritaire), ce qui n’a pas été le cas par exemple lors du sauvetage des banques irlandaises, afin d’alléger la facture payée par le contribuable.

 

0 Réponses à “Draghi : l’euro est « irréversible » … dans ses rêves ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol