• Accueil
  • > Comment redresser l’économie française ? Exporter l’ingénierie fiscale française

Comment redresser l’économie française ? Exporter l’ingénierie fiscale française

 

Comment redresser l’économie française ? Exporter l’ingénierie fiscale française

 

 

Croissance dans le rouge, déficit extérieur abyssal (70 milliards en 2011), dette mortelle, chômage, autant de caractéristiques de l’économie française. Tous les secteurs pâtissent de cette situation sauf un : l’ingénierie fiscale ; une activité déjà la plus prolifique au monde puisque la France détient le triste record des prélèvements obligatoires. Pourtant son développement est assuré avec la marée fiscale en cours ; la France est assurée de détenir pour longtemps le palmarès de la pression fiscale. Dès lors,  pourquoi ne pas songer à exporter une activité qui marche. C’est déjà fait en partie à Bruxelles dont la fiscalité et aussi la complexité administrative ont contribué à étouffer l’Europe. Cette philosophie et cette pratique peuvent être exportées bien au-delà de frontières de la zone euro. Ce serait aussi une manière de rétablir des conditions de concurrence inégales. La philosophie est simple, que peut-ont taxer ? Tout, surtout l’appareil productif mais aussi le consommateur. On taxe la richesse – le PIB au départ, on taxe ensuite le revenu net du producteur (salarié et entreprise), on taxe enfin l’usage qu’il fait de ce revenu à travers la consommation (voire l’épargne). Au départ pour ne pas effrayer le contribuable, le prélèvement doit être assez faible. Progressivement, on augmente l’assiette et le taux. Quand la consommation déjà a été taxée, on peut inventer une taxe supplémentaire d’usage pour un motif ou un autre, à la mode en ce moment la préoccupation environnementale. Exemple  l’eau ; chère, de plus en plus chère même depuis la privatisation du système de distribution (qui a fait son  trou grâce à l’incompétence des anciennes régies), l’eau est évidemment tarifée et taxée (notamment TVA pour le consommateur), on y ajoute une taxe proportionnelle pour l’écoulement pour des motifs environnementaux.  La stratégie fiscale vise surtout à taxer le maximum de contribuables potentiels. L’eau, l’électricité (qui va augmenter de 50% d’ici 20 ans), le carburant, d’autres produits de consommation courante. Dernière innovation : internet. Sous prétexte de taxer les grands opérateurs (les riches), on va étendre la taxe à la pub et finalement à l’usage. Tous les français sont maintenant raccordés. Formidable pays dont le système tourne en boucle fiscale ; davantage d’impôt, c’est davantage de réglementations, de fonctionnaires qui produisent à nouveau de la complexité et de la surtaxation. Un modèle d’efficacité économique mais aussi sociale (5 millions de chômeurs, 3 millions au RSA, 1 million bénéficiaire d’allocation handicapées), avec les autres systèmes d’exclusion, environ 10 millions de personnes inactives. Vraiment un système à exporter chez nos concurrents pour plomber leur compétitivité, tuer l’initiative et la croissance. Il faut vite créer un ministère de l’exportation fiscale- avec une administration évidemment – mettre bien sût à la tête les énarques qui sont beaucoup plus performants dans ce genre d’exercice qu’à la tête de entreprise privées (que nombre ont coulées) ; le taux de prélèvement obligatoire est en France de l’ordre de 57%, on va droit vers les 60%. Le système idéal, sans économie, donc sans emploi, sans chômage, sans patron, sans salarié. Le système socialiste est mort, le système capitaliste agonise, le nouveau système émerge le système fiscaliste.

0 Réponses à “Comment redresser l’économie française ? Exporter l’ingénierie fiscale française”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol