• Accueil
  • > Rénovation de la vie publique : la façade seulement

Rénovation de la vie publique : la façade seulement

Rénovation de la vie publique : la façade seulement

Avec une commission essentiellement composées da fonctionnaires et présidée par Jospin lui même énarque, on est sûr que c’est seulement la façade qui sera rénovée. Comme d’habitude on lance une commission alors qu’on a oublié de problématiser la question. Qu’est-ce qui est en cause en priorité : la non représentativité de la société civile, l’absence de connaissance de la part des élus des réalités économiques et sociales, le cumul des mandats, l’absence de formation des élus, le non renouvellement de la démographie politique, le concept de mandat et au-delà de la démocratie active. Or pour réfléchir au problème, on prend des vieux, des fonctionnaires, des produits du système.  François Hollande compte ainsi mettre en pratique un engagement qu’il avait pris auprès de François Bayrou dans l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle. Le candidat du MoDem avait alors adressé une lettre à Nicolas Sarkozy et François Hollande afin de faire son choix pour le second tour. Dans sa missive, il rappelait ses exigences. « La moralisation de la vie publique, le changement des pratiques du monde politique représentent une attente des citoyens dont vous ne pouvez ignorer la gravité », écrivait-il. Une ambition qu’il comptait soumettre à référendum en cas de victoire le 6 mai 2012 : « Approuvez-vous le projet de loi-cadre tendant à la moralisation de la vie publique soumis au peuple français par le président de la République? » Dans sa réponse au leader centriste, François Hollande s’engageait à prendre à son compte l’idée d’une moralisation de la vie publique restant toutefois sceptique sur l’idée de consulter le peuple sur cette question. « S’il y a une majorité (au Parlement, Ndlr), nous ferons voter ce texte, il n’y aura pas besoin de référendum. S’il n’y a pas de majorité parce qu’il y aurait un blocage (…) alors nous prendrons ce chemin de consultation des Français », expliquait le candidat socialiste. Et de souligner qu’au Parlement, il faudrait « une majorité des 3/5e » pour adopter ce texte, puisqu’il s’agit de réviser la Constitution. Or, François Hollande ne dispose pas des 3/5e nécessaires au Congrès de Versailles pour approuver une modification de la loi fondamentale. Reste encore à savoir si l’UMP serait favorable à un texte sur la moralisation de la vie publique, sachant que Nicolas Sarkozy avait laissé la porte ouverte à plusieurs options. Dans sa réponse à François Bayrou, le président-candidat avait ainsi rappelé qu’une  »importante modernisation » des institutions avait été entreprise depuis 2007, avec une  »exigence d’exemplarité ».  »Cela ne nous dispense évidemment pas d’aller plus loin », expliquait-il. Sur la question d’un référendum, le candidat de l’UMP n’excluait rien :  »Un référendum peut difficilement être organisé sur un trop grand nombre de mesures. Toutefois (…) s’il venait à y avoir un blocage sur ce sujet, je suis tout à fait disposé à saisir les Français par référendum des propositions que vous avez formulées. »

 

0 Réponses à “Rénovation de la vie publique : la façade seulement”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol