• Accueil
  • > Assurance maladie : une solution, se faire opérer à la maison ou s’opérer soi-même

Assurance maladie : une solution, se faire opérer à la maison ou s’opérer soi-même

Assurance maladie : une solution, se faire opérer à la maison ou s’opérer soi-même

Des mesures pour réduire le déficit de l’assurance maladie notamment favoriser les opérations en ambulatoire. Donc réduire au maximum les séjours à L’Hôpital ; on pourrait aller plus loin se faire opérer à la maison ou même s’opérer soi-même ; Il ya de raie économies à faire dans la boite à outils de la sécu. C’est en effet une boîte à outils pour le gouvernement, qui prépare le budget de la Sécurité sociale pour l’an prochain. Le conseil de la Caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM) examine jeudi un rapport identifiant plusieurs gisements d’économies pour les dépenses de santé. L’exécutif pourra s’en inspirer pour mettre au point son plan d’économies pour 2013. Les dépenses de santé ne devront pas progresser de plus de 2,7 % l’an prochain, a-t-il annoncé la semaine dernière, ce qui suppose un effort de plus de 2 milliards d’euros par rapport à la croissance « naturelle » des dépenses, liée au vieillissement de la population et au développement de pathologies chroniques comme le diabète ou le cancer.  Le diabète, justement, figure en bonne place dans ce rapport. Le nombre de malades devrait passer de 3 millions en 2011 à 4,1 millions en 2017. Et les dépenses liées à cette pathologie augmenteraient encore plus vite, passant de 6,7 milliards à 11,3 milliards d’euros dans le même temps. Si le dépistage est plutôt bien fait, les patients ne sont pas toujours correctement traités, ce qui multiplie les risques de complications sérieuses, voire dramatiques (amputations, infarctus, insuffisance rénale…), et donc coûteuses.  Moins graves mais également problématiques, les poses de prothèses du genou concernent 80.000 patients chaque année. Elles ont augmenté de moitié en dix ans. Cette croissance rapide des interventions est « plus modérée que la moyenne des pays de l’OCDE », souligne le rapport, mais la France utilise moins de prothèses dites « cimentées », « qui s’avèrent 25 % moins chères que les autres ». Résultat, le coût moyen de ces appareillages pour l’assurance-maladie atteint 1.780 euros dans l’Hexagone, contre moins de 1.500 en Allemagne.  Pour la chirurgie des hernies, c’est le mode de prise en charge qui est montré du doigt. Dans les deux tiers des cas en France, elle donne lieu à une hospitalisation complète, alors que les patients ressortent de l’hôpital le jour même de l’intervention dans 67 % des cas au Royaume-Uni et même 79 % en Suède. « Chaque séjour réalisé en ambulatoire (sans hospitalisation) permettrait un gain de 370 euros tout en répondant aux attentes des patients et en réduisant les risques d’infections nosocomiales », souligne le document.  Autre exemple, les opérations des varices. Les arrêts maladie, prescrits par les médecins dans un gros tiers des cas après ces interventions, sont en moyenne de 26 jours, alors que la Haute Autorité de santé n’en préconise que 16. « L’adoption de nouvelles techniques permettrait de réduire la durée d’arrêt de travail nécessaire à sept jours », assure la CNAM. Des techniques non invasives comme la radiofréquence ou le laser, qui limitent les complications et les douleurs, ne sont pas assez utilisées.

 

0 Réponses à “Assurance maladie : une solution, se faire opérer à la maison ou s’opérer soi-même”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol