• Accueil
  • > La casse industrielle et sociale continue : probable fermeture des sites d’Aulnay voire de Rennes chez PSA

La casse industrielle et sociale continue : probable fermeture des sites d’Aulnay voire de Rennes chez PSA

La casse industrielle et sociale continue : probable fermeture des sites d’Aulnay voire de Rennes chez PSA

Le directeur industriel Denis Martin, dans un entretien à l’AFP, n’a pas exclu la fermeture du site d’Aulnay –qui est l’un des plus gros employeurs de Seine-Saint-Denis avec 3.000 CDI et 300 intérimaires– faisant valoir que « c’est dans le cadre d’une instance comme le CCE qu’une décision comme celle-ci peut être prise ».  Ce CCE sera l’occasion d’évoquer « l’avenir de l’ensemble de nos sites industriels », a expliqué M. Martin, qui a reconnu que le groupe « aura un examen plus attentif sur certains de nos sites ou certains de nos centres qui ont plus de difficulté que d’autres ».   »Il y a un certain nombre de dispositions à prendre vis-à-vis des autres établissements, entre autre l’établissement de Rennes mais aussi de nos autres sites industriels, de nos sites de recherche et développement », a-t-il averti.  Le président du directoire Philippe Varin « est en train de se préparer à l’affrontement, il sait qu’en annonçant la fermeture d’Aulnay, il nous déclare la guerre à tous », a réagi Jean-Pierre Mercier.  M. Varin a déjà préparé le terrain en recevant en début de semaine les syndicats FO et CFE-CGC et abordé avec eux les hypothèses possibles pour maintenir une activité sur le site autre que la fabrication de la C3 prévue jusqu’en 2014.  Depuis l’annonce fin février que l’Américain General Motors entrait à son capital à hauteur de 7%, avec lequel PSA va développer des voitures en 2016, les syndicats redoutent les conséquences pour l’emploi sur l’ensemble des sites de ce rapprochement, visant à améliorer la compétitivité des deux partenaires en Europe.  CGT, CFDT, CFTC, SIA (syndicat maison) et SUD ont appelé les salariés du site de Seine-Saint-Denis à la grève et à ce rassemblement « contre la casse de l’emploi ». Un porte-parole de PSA indique que l’usine d’Aulnay « tourne normalement » jeudi et ne signale pas d’impact sur les autres sites.   »On est venu (manifester à Paris, ndlr) en soutien d’Aulnay qui sera certainement le premier site touché. (…) On entend que Rennes pourrait être aussi touché, on est aux prémisses d’une grosse restructuration », dit à l’AFP Jean-Paul Guy, responsable CFTC de PSA Vesoul.   »On aimerait avoir une visibilité, sans ça, ça tend à des rumeurs folles, ce qui met dans une précarité subjective les salariés de tous les sites », estime-t-il.  Selon M. Mercier, délégué syndical CGT, la direction pourrait annoncer vendredi en comité d’entreprise à Poissy la baisse de cadence de la 208, qui permettrait une montée en puissance de la C3 sur ce site, et par ricochet une baisse du nombre de C3 produites à Aulnay.  Même si l’alliance avec GM est à l’ordre du jour du comité de groupe, la direction ne devrait pas divulguer beaucoup de détails sur le sujet.  M. Varin martèle depuis des mois que les usines ne tournent pas à plein en Europe et évalue le surplus à 20%. Les surcapacités de PSA touchent surtout les segments des très petites et petites voitures, sa spécialité.  Ce discours alimente les inquiétudes concernant le sort d’Aulnay-sous-Bois. Fin 2011, PSA avait annoncé un nouveau plan d’économies, après celui de 2009-2011, de 800 millions d’euros en 2012, portés désormais à un milliard et la suppression de 6.000 postes en Europe, dont 4.300 en France.

 

0 Réponses à “La casse industrielle et sociale continue : probable fermeture des sites d’Aulnay voire de Rennes chez PSA”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol