• Accueil
  • > Pouvoir d’achat : la plus forte baisse depuis 1984, principale explication de l’écroulement de la croissance

Pouvoir d’achat : la plus forte baisse depuis 1984, principale explication de l’écroulement de la croissance

Pouvoir d’achat : la plus forte baisse depuis 1984, principale explication de l’écroulement de la croissance

Il y a encore quelques semaines, l’INSEE soutenait (avant les élections !) que le pouvoir d’achat progresserait de 0.4% en 2011. En fait il a régressé de 0.1%. Pour 2012, Le pouvoir d’achat individuel des Français devrait baisser officiellement de 1,2%, enregistrant son plus fort recul depuis 1984, affecté notamment par le ralentissement des revenus d’activité et la hausse des impôts. En réalité la baisse sera plus forte parce que les indicateurs mesurant l’inflation sont obsolètes du fait de la modification de la structure de consommation et de la hausse des dépenses contraintes pour les bas revenus. D’après l’INSEE, la détérioration de la conjoncture s’explique en grande partie parles « tensions » financières qui « ont repris » en zone euro depuis avril. La crise de la dette reste d’ailleurs un des principaux aléas pesant sur ce scénario.   »La France souffrira de la contraction de la demande intérieure de ses partenaires de la zone euro, ce qui handicape les exportations, et de son propre effort de consolidation des finances publiques », a expliqué l’INSEE.  En contrepartie, a-t-il noté, le pays bénéficiera de la dépréciation de l’euro et, dans la tourmente de la crise, de son statut de valeur refuge qui permet à ses taux d’intérêt de se maintenir à des niveaux historiquement bas. En fait personne ne sait quel sera le niveau de ces taux pour la France d’ici la fin de l’année car si le sommet européen est considéré comme un échec par les marchés la dégradation pourrait être générale pour tous les pays européens, ce qui changerait totalement la donne. Dans ce contexte de croissance atone, « le taux de chômage continuerait d’augmenter, même si la hausse sur l’année des différents contrats aidés contribuerait à freiner sa progression », a affirmé Jean-François Ouvrard, responsable de la synthèse conjoncturelle.  Il passerait de 9,3% de la population active en France métropolitaine fin 2011 à 9,9% au dernier trimestre 2012 (10,3% en incluant les départements d’outre-mer).  Le pouvoir d’achat par unité de consommation, la mesure la plus proche du ressenti des ménages, reculerait ainsi pour la deuxième année consécutive (-0,1% en 2011). Le pouvoir d’achat plus global diminuerait aussi, de 0,6%, alors qu’il a augmenté de 0,5% l’an dernier.  L’ancienne majorité s’était targuée, durant la campagne électorale, d’avoir maintenu une progression constante du pouvoir d’achat durant le quinquennat.  Eric Dubois a précisé que l’Insee avait tenu compte, pour calculer son évolution, de « deux types de mesures » pesant sur les ménages: celles qui avaient été inscrites dans le budget 2012 par le gouvernement sortant, « de l’ordre de 11 milliards d’euros », et celles « qui ont été annoncées depuis, de l’ordre de 2,5 milliards ».  Du coup, la consommation des ménages progresserait très faiblement sur l’ensemble de l’année, de 0,2%, comme en 2011. En conclusion avec un commerce extérieur toujours dans le rouge accentué par la baisse de la demande extérieure, une consommation stagnante voire en régression, la croissance sera nécessairement près de la récession.

0 Réponses à “Pouvoir d’achat : la plus forte baisse depuis 1984, principale explication de l’écroulement de la croissance”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol