• Accueil
  • > Trierweiler : le Fouquet’s de Hollande

Trierweiler : le Fouquet’s de Hollande

Trierweiler : le Fouquet’s de Hollande

 

Sarkozy avait mal commencé son manat avec cet épisode du Fouquet’s ; Hollande lui pourrait bien être marqué d’entrée du syndrome Trierweiler ; c’est-à-dire de celui de la campagne qui se mêle de ce qui ne la regarde pas sauf à titre personnel, ce qui est pire. Hollande souffrait, peut-être à tort d’une incapacité à décider dans les situations critiques. Cette fois, on ne va pas manquer de lui reprocher ce manque d’indécision. et  d’incohérence. Certes on va évidemment objecter que sa compagne est libre de s’exprimer,  qu’il y a va de l’indépendance dans un couple etc. Ceci étant la parole de Trierweiler ne vaut que parce c’est la campagne de Hollande ; sinon son soutien au dissident du PS de La Rochelle serait sans intérêt et serait même passé inaperçu. Ce dissident du PS est sans doute méritant, peut-être beaucoup plus que Ségolène Royal parachutée dans une circonscription a priori très favorable ; pour autant,  si la position du dissident peut se comprendre sinon s’admettre, celle de Trierweiler est totalement incompréhensible. Pas de compétence, pas de légitimité et en plus des comptes à régler avec Ségolène Royal. Certes Royal ne laissera pas grand chose dans l’histoire politique tellement son discours était incohérent ; cela n’autorisait pas Trierweiler à se mêler de ce qui ne regarde pas. Le statut de campagne (et même d’épouse)  ne lui confère aucune responsabilité, aucune autorité institutionnelle. C’est encore beau qu’on veuille la considérer comme première dame de France, titre purement symbolique, titre  qui implique pour le moins une grande réserve puisqu’il permet de jouir des ors de la république sans aucune légitimité démocratique. Cette affaire démontre en tout cas qu’il conviendrait pour le moins de fixer un cadre éthique au rôle de l’épouse (de la compagne, voire de la maîtresse) du président car si en soi l’affaire de La Rochelle ne met pas en danger la république, il pourrait en être autrement sur des sujets autrement plus stratégiques. Chevènement avait déclaré qu’en cas de désaccord, un ministre   ça part ou « ça ferme sa gueule » ; un principe qui devrait valoir pour la première dame de France, y compris quand elle reste.

0 Réponses à “Trierweiler : le Fouquet’s de Hollande”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol