• Accueil
  • > L’Espagne demande officiellement l’aide de l’Europe

L’Espagne demande officiellement l’aide de l’Europe

L’Espagne demande officiellement l’aide de l’Europe

 

Ce plan d’aide sera le quatrième accordé à un pays de la zone euro depuis le début de cette crise fin 2009, après la Grèce, l’Irlande et le Portugal.  Il s’agira cette fois de renflouer le secteur bancaire de l’Espagne, asphyxié par son exposition à l’immobilier, une aide dont le montant est évalué par l’Eurogroupe à cent milliards d’euros au maximum.  L’Espagne va demander « une aide financière européenne » pour redresser son secteur bancaire, a annoncé à Madrid le ministre de l’Economie Luis de Guindos, après une réunion téléphonique des ministres des Finances des 17 pays de la zone euro.  Il a affirmé qu’en échange, il n’y aurait aucune condition de réformes économiques « hors du domaine du secteur financier ».   »Les conditions seront imposées aux banques, pas à la société espagnole », a ajouté le ministre, tentant de rassurer le pays, au taux de chômage record de 24,44% et déjà soumis à une rude cure d’austérité pour réduire son déficit public de 8,9% en 2011 à 5,3% cette année.   »Cela n’a rien à voir avec un sauvetage », a insisté M. de Guindos, précisant que l’aide sera réservée aux « 30% (des banques) qui ont le plus de difficultés », et identifiées comme telles dans le rapport du Fonds monétaire international (FMI) publié vendredi soir.   »Cette annonce est bonne pour l’économie espagnole et pour l’avenir de la zone euro », « c’est un signal très positif sur la volonté politique de toute la zone euro », a déclaré le ministre.  M. de Guindos a expliqué que cette aide serait considérée comme de « la dette publique » espagnole, qui va donc augmenter, et « devra absolument être remboursée ».  Elle sera injectée dans le fonds public espagnol d’aide au secteur (Frob), qui attribuera cet argent aux « banques qui le demandent », a-t-il expliqué.  Quelques heures plus tôt, les ministres des Finances de la zone euro avaient eu une vidéo-conférence pour dessiner les contours de ce plan.   »Il s’agira en fait d’un des plus grands sauvetages financiers de l’histoire récente », avait souligné le Premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt, dont le pays ne fait pas partie de l’Union monétaire.  Quatrième économie de la zone euro, l’Espagne constitue en effet à elle seule 12% du PIB de la zone euro, contre seulement 6% pour l’Irlande, le Portugal et la Grèce réunis. Les plans de sauvetage de ces trois pays ont coûté respectivement 85 milliards, 78 milliards et 292 milliards d’euros.  Jusqu’ici, Madrid s’était refusé à lancer un appel à l’aide de crainte de se voir imposer, comme la Grèce, un programme qui irait de pair avec des conditions strictes dictées par ses bailleurs de fonds internationaux.  Mais le gouvernement espagnol a dû plier, sous la pression extrême des marchés et de l’Europe, soucieux probablement de régler le problème avant les élections en Grèce du 17 juin, de peur d’une contagion.

0 Réponses à “L’Espagne demande officiellement l’aide de l’Europe”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol