• Accueil
  • > Copé-Sarkozy : nouveau procès à la presse

Copé-Sarkozy : nouveau procès à la presse

Copé-Sarkozy : nouveau procès à la presse

 

Depuis les résultats du premier tour de l’élection présidentielle, la charge est lancée contre les médias publics par les ténors de l’UMP, son candidat en tête. Dès le lendemain du premier tour, Nicolas Sarkozy, dans son discours de Saint-Cyr-Sur Loire, a dénoncé un «système médiatique absolument déchaîné»», à son encontre.  Se faisant plus précis, il a dénoncé le «manque d’impartialité» es médias du service public dans le traitement de la campagne. «Quand ce manque d’impartialité est le plus grand sur les chaînes financées par l’argent du contribuable, je voudrais rappeler qu’il y a des contribuables qui ne sont pas de gauche, qui ne sont pas d’extrême-gauche et qui ont le droit d’être respectés dans leurs idées, dans leurs valeurs et pour leur candidat», a-t-il déclaré, déclenchant des applaudissements nourris dans la salle.  Jean-François Copé, le secrétaire général de l’UMP, est, lui, allé beaucoup plus loin aujourd’hui, à l’occasion d’un point presse, critiquant de façon virulente la soirée électorale de dimanche soir sur France 2, qui a rassemblé 6,6 millions de téléspectateurs (avec un pic à 9,6 millions vers 20h20), soit un million de plus que TF1 en moyenne.  «Lorsque vos confrères de France 2 -ce n’est quand même pas la plus petite chaîne, c’est celle qui a fait le plus d’audience ! -disent toute la soirée, trois heures de temps, des estimations fausses et [prennent] systématiquement, dans toutes [leurs] questions, le pouls de nos représentants pour leur demander s’ils vont tenir (…), bref, organiser avant l’heure notre enterrement, je me permets de dire que nous ne sommes dupes de rien», a lancé Jean-François Copé.

De fait, l’estimation donnée par France 2 à 20h a plus minimisé le score final de Nicolas Sarkozy (25,5% donnés à 20h, contre 27,18% au final) que celui de François Hollande (28% donnés à 20h, contre 28,63% au final). En choisissant ses mots, Jean-François Copé, bon connaisseur des dossiers audiovisuels puisqu’il a présidé, en 2008, la commission pour la nouvelle télévision publique, accuse lui aussi le service public de partialité. «Lorsque je vois les questions posées à un certain nombre de mes amis sur les antennes de chaînes publiques, oui, il m’arrive de m’interroger», a-t-il ajouté.

A ce qui constitue à ses yeux un problème, Jean-François Copé a la solution. «Je crois que le rôle des médias, c’est de raconter ce qu’ils voient, pas seulement ce qu’ils pensent, sinon c’est une autre histoire». Contactée par «Les Echos», la direction de l’information de France Télévisions a déclaré n’avoir «ni à réagir ni à polémiquer à ce stade». «J’ai choisi la formule de la conférence de presse parce que d’abord j’ai grand respect pour l’institution que vous représentez, indispensable pour la démocratie», a de son côté déclaré François Hollande, le candidat du PS, en préambule de sa conférence de presse qui se tient mercredi après-midi. Insistant : «Ne comptez pas sur moi pour faire des procès à la presse.»

 

0 Réponses à “Copé-Sarkozy : nouveau procès à la presse”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol