• Accueil
  • > France: taux d’épargne important mais concentré chez les plus riches

France: taux d’épargne important mais concentré chez les plus riches

 

France : taux d’épargne important mais  concentré chez les plus riches

 

 

D’après « les Echos » avec les Allemands, les Français comptent parmi ceux qui épargnent le plus en Europe, où le taux d’épargne brut moyen se situait à 12 % en 2010. « Il y a une forte tradition d’épargne de précaution, qui doit correspondre à nos racines paysannes, et le développement du crédit à la consommation est bien plus limité que dans les pays anglo-saxons ou d’Europe du Sud, explique Philippe Crevel. Le taux d’épargne en France reste ainsi assez inerte.  En 2010, 94 % des Français détenaient un patrimoine. Ce qui ne signifie pas que tous peuvent épargner chaque année. L’Insee avait estimé qu’en 2003, les 20 % des ménages les plus aisés épargnaient environ un tiers de leurs revenus, soit deux fois plus que le taux d’épargne moyen. L’épargne dégagée par ces 20 % représentait les trois quarts de l’épargne totale des ménages. Inversement, les 20 % les plus pauvres avaient un taux d’épargne négatif (ils consommaient plus qu’ils ne gagnaient) ou nul en prenant en compte les transferts privés (dons de la famille, par exemple). Les 60 % restants avaient un taux d’épargne de l’ordre de 5 % à 10 %.  2011 restera une année atypique. Généralement friands d’assurance-vie, les Français se sont davantage portés vers des placements plus liquides, tels que les Livrets A (la collecte a atteint un record de 21,6 milliards) et autres livrets bancaires et dépôts à terme. La collecte d’assurance-vie s’est dégradée à partir du second semestre. Sur les trois derniers mois de l’année, les prestations versées ont même dépassé les primes encaissées, entraînant une décollecte historique de 8,4 milliards. L’assurance-vie reste cependant le placement préféré des Français avec un encours de 1.362 milliards d’euros à fin 2011. Pour la Banque de France, ces évolutions tiennent avant tout à la réduction de l’écart de rendement net entre l’assurance-vie et les produits bancaires.  En outre, les banc-assureurs ont privilégié les dépôts à terme et les épargnants ont utilisé plus que de coutume les rachats d’assurance-vie pour rembourser des crédits. En quelques années, les prélèvements sociaux sont passés de 10,5 % à 15,5 %. Le prélèvement fiscal forfaitaire a été relevé de 17 % à 19 % (et même 24 % pour les intérêts). L’exonération progressive des plus-values a été supprimée.  Les produits d’épargne conservent toutefois de nombreux avantages. Livret A, livret d’épargne populaire et plans d’épargne en actions restent défiscalisés. De même que les gains de l’assurance-vie au-delà de huit ans de détention.  Pour soutenir la consommation, le gouvernement a toujours cherché à préserver le pouvoir d’achat pendant la crise, avec un succès relatif. La stratégie récente de désendettement a ensuite été en partie motivée par la nécessité de redonner confiance aux Français, afin qu’ils puisent dans leur épargne. Le taux record d’épargne n’est donc pas un bon signe. Mais il convient de voir si le phénomène va perdurer ou pas.

 

0 Réponses à “France: taux d’épargne important mais concentré chez les plus riches”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol