• Accueil
  • > Supprimer les devoirs, la formule magique, pourquoi pas l’enseignement ?

Supprimer les devoirs, la formule magique, pourquoi pas l’enseignement ?

Supprimer les devoirs, la formule magique,  pourquoi pas l’enseignement ?

 

Applaudissements presque partout avec l’annonce de la suppression des devoirs alors que notre école est déjà dans un état pitoyable. Supprimer les devoirs à la maison est une chose, sans doute souhaitable car les enfants finalement travaillent davantage que leurs parents ; Mais il ne faut certainement pas supprimer les devoirs qui permettent à l’élève de s’approprier réellement  le contenu de ce qui a été enseigné. Par ailleurs c’est l’exercice quotidien de l’apprentissage de la valeur du travail. Claude Lelievre historien de l’éducation va dans ce sens. Comment en est-on arrivé à donner des devoirs à la maison ?

 

 
CLAUDE LELIÈVRE. Dans le primaire, il y avait autrefois une étude mi-surveillée, mi-encadrée après la classe, assurée généralement par l’instituteur. Presque tous les enfants y allaient. Mais petit à petit, les maîtres se sont éloignés de leur lieu de travail et, donc, se sont désengagés de ces études.

Depuis quand ces travaux à domicile sont-ils contestés ?
Ça l’est vraiment depuis les années 1990, depuis que les chronobiologistes, pointant les journées en classe trop longues des écoliers ont commencé à avoir un certain écho auprès de l’opinion publique. Les devoirs faits à la maison posent d’abord la question des rythmes scolaires. Notre pays est une exception, dans la mesure où l’on en donne à l’issue d’une journée qui comporte déjà 6 heures de cours, l’une des plus longues dans le monde.

Quels sont leurs inconvénients ?
Les parents ne sont pas les mieux placés pour accompagner leurs enfants dans les devoirs. Il y a une tension bien plus forte sur le résultat qu’avec un professionnel. C’est aussi inégalitaire car il y a des parents qui sont qualifiés, d’autres qui le sont peu, d’autres encore qui ont recours à des organismes privés.

Et leurs avantages ?
Le seul avantage, c’est qu’ils créent des liens. Cela force en quelque sorte les parents à s’intéresser à la vie scolaire. C’est une entrée minimale.

Vous ne contestez pas les vertus pédagogiques des devoirs, mais vous estimez qu’ils doivent être faits à l’école…
L’essentiel des devoirs doit être réalisé dans le cadre du temps scolaire, mais avec une journée de cours moins longue. Elle doit être assurée par des gens plus ou moins spécialisés pour encadrer les élèves. Cela peut être des professeurs des écoles, des associations… Ce qui est sûr, c’est que les parents ne doivent pas être en première ligne.

 

 

0 Réponses à “Supprimer les devoirs, la formule magique, pourquoi pas l’enseignement ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol