• Accueil
  • > Archives pour février 2012

Archive mensuelle de février 2012

Page 17 sur 17

Endettement : 164% du PIB pour la France, 178% pour le Royaume-Uni, 209% pour les Etats-Unis et 314% pour le Japon en 2030 d’après standard and Poor’s

Endettement : 164% du PIB  pour la France, 178% pour le Royaume-Uni, 209% pour les Etats-Unis et 314% pour le Japon en 2030 d’après standard and Poor’s

SP projette en 2030 une dette publique nette (qui exclut celle détenus par des organismes publics) de 164% du produit intérieur brut pour la France, 178% pour le Royaume-Uni, 209% pour les Etats-Unis et 314% pour le Japon.  Donc aucun pays ne serait noté triple A. Mais l’agence de notation estime qu’il y a des réformes possibles pour éviter une telle issue, et qu’elles ont déjà été entreprises dans certains pays, en particulier en Europe où le problème du vieillissement est déjà bien connu.  Elle cite « une simplification » et une informatisation du système de santé, des mesures décourageant la fraude, un recours accru aux financements et aux services privés plutôt que publics et « la réduction de l’étendue et de la générosité de la couverture » des assurances-maladie. Pour la France, on voit mal ce qui pourrait être davantage informatisé, sauf à la marge ; SP reprend l’argument de la fraude. Si fraude il y a, d’abord c’est marginal. Ensuite ce sont des malades, si leurs prestations ne sont pas prises en charge par la sécu. On va différer les traitements. (Ça commence notamment depuis l’augmentation des mutuelles devenues trop chères pour certains) ; Finalement, les patients dont la maladie va s’aggraver seront prix en charge par la collectivité après passage dans l’hôpital public. Pas sûr que le bilan comptable soit meilleur.la vraie mesure est annoncée, la réduction de la « généreuse couverture »  des assurances maladie. Un pronostic ; d’ici 2030, si rien ne change les frais médicaux seront remboursés mais moitié moins qu’actuellement.

 

228 milliards pour la facture nucléaire, le triple si on sort de la filière ; résultat le prix de l’électricité va doubler en dix ans.

 

228 milliards pour la facture nucléaire, le triple si on sort de la filière ; résultat le prix de l’électricité va doubler en dix ans.

Les investissements publics et privés réalisés depuis le début dans la filière française d’électricité nucléaire, d’un montant colossal, sont néanmoins bien « identifiés », avec une addition « toutes dépenses confondues » évaluée à 228 milliards. Cette addition comprend le montant total de la construction des installations nécessaires à la production d’électricité nucléaire, chiffré à 121 milliards d’euros (hors coût de Superphénix), et le parc actuel, composé de 58 réacteurs dont les plus anciens (Fessenheim 1 et 2) qui sont entrés en service en 1978, a coûté à lui seul 96 milliards. Les dépenses de recherche publiques et privées depuis les années 1950 sont de leur côté évaluées à 55 milliards, soit environ un milliard par an. La Cour des comptes a prévenu que les charges futures assumées par les opérateurs sont très incertaines « par nature », du fait de multiples inconnues liées au démantèlement des installations nucléaires et à la gestion à long terme des déchets radioactifs, par manque d’expérience et parce que certains choix ne sont pas encore arrêtés. D’où des risques d’augmentation « probables » de la facture. Ce document ne met en tout cas pas tout le monde d’accord sur ses enseignements. Si Eva Joly a jugé que ce « document vérité » allait « bouleverser l’idée que l’énergie nucléaire est une énergie pas chère », la ministre de l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet a affirmé que malgré les incertitudes relevées par la Cour, le nucléaire restait une énergie « peu chère ». Le Commissariat à l’énergie atomique a publié ce mardi une étude qui montre qu’une sortie complète du nucléaire coûterait entre 530 et 772 milliards d’euros, soit environ le triple d’un maintien du nucléaire à son niveau actuel. Conclusion, on aura sans doute un débat sur la stratégie énergétique de la France. Ceci étant, il s’agit de décisions structurelles très lourdes. On va rester dans le nucléaire encore pendant longtemps. Notons qu’EDF a déjà un surendettement de 42 milliards. Les couts de maintenance vont doubler d’ici une dizaine d’année. Le prix de l’électricité pas chère c’est fini. Il faudra compter un doublement du prix de l’électricité d’ici dix ans.

Baisse du moral des consommateurs américains

Baisse du moral des consommateurs américains

 

La confiance des consommateurs américains a chuté contre toute attente en janvier, reflétant leurs inquiétudes croissantes face à un marché du travail en berne. L’indice du Conference Board mesurant la confiance des consommateurs est tombé à 61,1 en janvier, contre 64,8 en décembre (64,5 en première estimation). Les économistes interrogés par Reuters le donnaient à 68,0. La proportion de sondés jugeant qu’il est difficile de trouver un emploi a progressé à 43,5% contre 41,6% le mois précédent. Celle qui estime qu’il est facile de trouver un emploi a reculé à 6,1% contre 6,6%. L’indice des anticipations a reculé à 76,2 contre 77,0 en janvier, tandis que celui de la situation actuelle est à 38,4 contre 46,5 (révisé de 46,7). Cureiux cette aprrécaition du commentateur de l’agence de presse « contre toute attente » ! L’attente sans doute des experts qui depuis maintenant plus de six mois ne cessent de réviser à la baisse leurs prévisions, sans doute pour ne pas désespérer la corbeille. La réalité est plus simple, les américains sont à peu près dans la même situation que l’Europe avec un endettement démentiel. Le pouvoir d’achat régresse, la confiance fait défaut, la croissance se tasse, la consommation surtout et le nombre de chômeurs augmente. Pour la croissance, les Etats Unis en 2011 ont fait à peu près la même chose que l’Europe. Pour 2012, on n’en sait rien. Les experts sont dans le potage. Pas étonnant qu’un représentant de la FED (isolé pour l’instant) annonce une crise du type de celle de 1929. Défaitiste peut-être mais pas moins réaliste que les économistes patentés dont les modèles- économétriques ou non- sont incapables d’intégrer les réactions des acteurs économiques face à une crise sans précédent

Pourquoi pôle Emploi ne propose pas le poste de président de la république à un chômeur ?

Pourquoi  pôle Emploi ne propose pas le poste de président de la république  à un chômeur ?

 

On sait que pôle emploi est inefficace et parfois ridicule. Ridicule, quand il propose un poste de stripteaseuse à une éducatrice de 53 ans, une poste d’enseignante en espagnol à une comptable qui ignore la langue ibérique, mais pourquoi pole emploi n’a-t-il pas proposé le poste de président de la république à un chômeur ? C’est pourtant un véritable job, une CDD mais quand même bien rémunéré avec quelques avantages accessoires. Si on entend bien tous les leaders de la politique française, tous les parlementaires, la politique est un métier. D’ailleurs, ils sont dans le métier et ils y demeurent le plus longtemps possible ; ce n’est pas un engagement, une mission, non un métier, un vrai ; On y entre en général assez jeune et on y reste jusqu’à la retraite, parfois bien au-delà. Puisque c’est un métier on ne permet donc pas à n’importe qui d’y entrer, on cadenasse la profession, un corporatisme traditionnel. Dommage, un chômeur ferait sûrement l’affaire pour ce poste. On a le choix  dans l’échantillon des 5 millions de chômeurs (3 millions officiels plus deux millions non officielles du RSA). On offre le poste mais pour ne pas froisser la constitution, on fait une élection ; 5 millions de candidats et on vote. Pour chacun de ces candidats. 5 millions de candidats, ça peut paraître excessif pour une élection présidentielle mais il parait qu’il y en a bien déjà une vingtaine pour la plus haute marche de la magistrature. Pour la candidature à la présidence, pour l’instant, pas d’exigence en matière de diplôme, pas non plus exigence en matière d’expérience professionnelle dans l’économie réelle, pas non plus la peine d’être convaincu ou sincère, l’honnêteté intellectuelle n’est pas exigée pas davantage que l’équilibre mental. Il faut quand même savoir lire, les discours qu’ont préparé les conseillers ; pas d’exigence en matière de connaissances arithmétique ; la preuve les candidats déclarés se trompent juste de 100 à 500 milliards annuels sedans leurs additions. Oui c’est un bon boulot, de toute manière c’est pas le président qui commande, c’est l’entourage, l’administration, l’appareil étatique, les groupes de pression, le corporatisme en général et maintenant compte tenu de notre endettement ceux qui nous ont prêté pendant trente ans. On voit déjà les objections des intégristes de la doctrine politique, un chômeur, c’est pas sérieux. Parce que les autres là, les    déclarés, ils sont sérieux ? Tiens Morin par exemple, Morin c’est pas la moquette de son appart’ qu’il fume, c’est la tapisserie des Gobelins. Il a vu les américains débarquer en Normandie alors qu’il n’était pas né ; Un vrai visionnaire, c’est pour ça qu’il est à O%, comme les yaourts allégés ; les français n’aiment pas ceux qui voient loin. Quelle ingratitude !

La TVA sociale fatale à Sarkozy, les français n’en veulent pas

La TVA sociale fatale à Sarkozy, les français n’en veulent pas

 

Le sondage BVA (voir article) est clair, 57 % des français n’ont pas été convaincus par la prestation de Sarkozy. Le rejet le plus net concerne la TVA dite sociale. Cette annonce aura sans doute été fatale à Sarkozy qui cale dans les sondages tandis que Hollande plane au dessus de la mêlée des prétendants. (Attention quand même l’atterrissage s’il est élu, ce pourrait être brutal et rapide car les propositions actuelles sont  inadaptées à la crise). Dans le propre camp de Sarkozy on affirmait la semaine dernière qu’il fallait que le candidat Sarkozy remonte dans les sondages très vite, dans les 15 jours sinon « les carottes seraient cuites ». Elles ne sont peut être pas cuites mais à point. La candidature de Sarkozy est plombée par lui-même ; il a toujours été son meilleur ennemi. Il ne peut s’empêcher de retomber dans ses travers, l’arrogance, l’exhibitionnisme et le mensonge ( ne parlons pas de ses compétences économiques !)  Un seul exemple, précisément sur la TVA lors de son intervention. « L’appellation sociale pour  n’est pas la bonne, d’ailleurs vous remarquerez que je n’ai jamais employée le mot » Mensonge à trois reprises, il a employé le mot et prononcé la chose. C’est le piège traditionnel du menteur qui à force de mentir prend le mensonge pour vérité et croit être sincère quand il succombe à cette perversion. Sauf événement extraordinaire, type séisme géopolitique international, les carottes sont presque cuites pour Sarkozy ; la majorité ferait bien de prendre un autre candidat pour sauver les meubles car suite aux présidentielles, elle va prendre une déculottée aux législatives. C’est bien ce qui explique la fronde de certains parlementaires. Les hommes de valeur (relative en politique) ne manquent pas dans la majorité Juppé par exemple, (un véritable homme d’Etat qui a payé pour Chirac), Fillon ; Jean Arthuis, sans doute le meilleur parlementaire en économie, le plus sérieux, le plus équilibré. Bref tout le profil qu’il faut pour ne pas être désigné. Le plus grave, ce n’est évidemment pas le plongeon politique de Sarkozy, c’est qu’en même temps il a discrédité des idées pourtant fondamentales sur l’indispensable allégement des charges patronales pour redonner de la compétitivité à l’économie. Il a discrédité uen idée encore plus révolutionnaire pour la France : la modernisation des relations sociales. Mal présentées, mal placées dans le calendrier, mal argumentées les propositions de Sarkozy dans ces deux domaines ont dû été immédiatement condamnées par Hollande. C’est le jeu cruel et imbécile du dialogue politique en période électorale : être contre ce que dit l’autre même si ce qu’il dit est pertinent ; cela afin de n’être pas accusé de collusion avec l’ennemi. Une posture manichéenne enfantine mais qui constitue le fond de la philosophie politique en France. Pas étonnant que 70% des français ne croient pas une seconde que cette campagne électorale résoudra les problèmes qu’ils rencontrent et ceux de la France.

57% des français pas convaincus par Sarkozy à la télé

57% des français pas convaincus par Sarkozy à la télé

 

 

-d’après le sondage de BVA, Nicolas Sarkozy a fait un carton d’audience mais n’a pas convaincu une majorité de Français sur  sa prestation économique. L’intervention télévisée de Nicolas Sarkozy a été très largement vue par les Français. Confirmant les premières estimations d’audience (16,6 millions de téléspectateurs et près de 60% de parts d’audience), le sondage montre que plus d’un tiers des Français (34%) a suivi l’intervention du chef de l’Etat dans son intégralité et près d’un quart (24%) en partie, soit au total, 58% de la population. Cet échec à convaincre une majorité de Français est d’autant plus fâcheux pour le probable candidat Sarkozy, que son rival socialiste avait, lui, réussi à convaincre une très large majorité de Français après son meeting. 75% de ceux qui ont suivi, au moins en partie, la retransmission du Bourget ont jugé Hollande convaincant, soit plus de 30 points de plus que Sarkozy. Réciproquement, ceux qui n’ont fait qu’entendre parler du meeting du socialiste étaient 51% à penser qu’il avait été convaincant, soit le triple du score observé pour Nicolas Sarkozy (15%). Sur le fond, Nicolas Sarkozy a été assez convaincant quant aux décisions qu’il a annoncées, sauf sur la TVA sociale qui reste rejetée par une très large majorité de Français  Deux mesures annoncées dimanche suscitent un agrément plus mitigé :  » l’augmentation de la taille possible pour les constructions  » (48% d’adhésion auprès de l’ensemble des Français et  » les accords compétitivité-emploi « .55% rejettent les accords de compétitivité remettant notamment en cause les 35 heures. Pour résumer, Hollande a nettement gagné son duel à distance avec Sarkozy. Finalement ^me sur les mesurettes économiques Sarkozy ne parvient à susciter l’enthousiasme ; hollande est-il plus crédible pour autant ? Sans doute pas puisque 70% des français estiment que cette campagne électorale ne résoudra pas les problèmes de la France et les questions concrètes qui les intéressent. Hollande obtient un succès par défaut ; Il caracole en tête de ce même sondage avec 34% des intentions de vote, Sarkozy est à une dizaine de points derrière. Lepen recule à 15 %, sans doute le double résultat de ses cafouillages sur le plan économique (comme Fillon, elle a du mal avec les additions) et de son affichage avec l’extrême droite fasciste européenne. Elle qui s était donné tant de mal pour banaliser le front retombent dans les pas de son père. Toutefois rien n’est joué, Marine pourrait bien bénéficier d’un décrochage de Sarkozy, figurer en seconde place au premier tour, voire mieux tellement le rejet de l’actuel président est important. Si on peut donner un conseil aux candidats, il serait souhaitable qu’ils revoient tous leurs calculs économiques, l’erreur annuelle tourne autour de 100 à 500 milliards.

1...1314151617



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol