• Accueil
  • > Le pacte budgétaire européen a du plomb dans l’aile

Le pacte budgétaire européen a du plomb dans l’aile

Le  pacte budgétaire européen a du plomb dans l’aile

 

Le sommet des dirigeants européens en fin de semaine à Bruxelles doit être l’occasion de célébrer ce pacte dont Berlin fait une condition de sa solidarité financière dans la zone euro.  Le document qui prévoit partout la création de « règles d’or » sur l’équilibre des comptes publics sera signé vendredi. Mais la fête sera un peu assombrie par la décision de Dublin d’en passer par une consultation populaire par nature risquée et qui rappelle aux Européens plusieurs mauvais souvenirs.  Tout le monde aurait préféré éviter un référendum mais en même temps on savait qu’il y avait un risque », souligne un diplomate européen.  Les négociateurs du texte avaient ainsi pris soin de retirer l’obligation pour les pays signataires d’inscrire la règle d’or dans leur constitution, dans l’espoir ainsi d’éviter des procédures trop lourdes ou des référendums. Cela n’a pas suffit. « Le risque, si l’Irlande dit non, c’est que cela refroidisse tout le monde et que cela envoie un mauvais signal pour le traité » qui devra être ratifié par tous les pays, dit le diplomate.  Ce pourrait être le cas notamment en France, où le candidat socialiste à l’élection présidentielle de fin avril et début mai, François Hollande, demande déjà sa renégociation.   »S’il n’y a pas une dimension de croissance, de soutien de l’activité et de l’emploi et une coordination efficace des politiques économiques, » Cependant  le traité budgétaire pourra cette fois commencer à entrer en vigueur même si tous les pays signataires ne le ratifient pas immédiatement. Un seuil minimum de 12 pays sur les 25 signataires a été fixé, même si le pacte serait durablement affaibli si les 17 pays de la zone euro n’y adhèrent pas.   Le rejet de l’Europe de la part de citoyens européens provient d’abord du caractère peu démocratique des institutions européennes, des instances jugées aussi trop technocratiques. Second reproche, l’obsession de l’austérité et d’une certaine manière le désintérêt de l’Europe pour la croissance. Or le chômage est la préoccupation majeure des européens. Enfin la posture dominatrice de l’Allemagne n’arrangera rien. Depuis que le couple franco allemand s’est dissout et que la France n’a plus d’autre solution que de suivre l’Allemagne, les français n’apprécient guère l’hégémonie allemande. La preuve un sondage sur le rapport entre les français et l’Allemagne.  Une majorité de Français estime que l’Allemagne veut devenir la puissance dominante en Europe, selon un sondage publié mercredi par la télévision allemande ARD. Parmi les personnes interrogées, 26% ont «totalement» l’impression que l’Allemagne veut devenir la puissance dominante en Europe et 35% sont «plutôt» de cet avis. Seuls 31% estiment que l’Allemagne n’a pas d’ambition dominatrice. Concernant les motivations des Allemands pour sauver l’euro, les Français sont partagés : 41% estiment que l’Allemagne utilise la crise de l’euro pour renforcer son économie sur le dos des autres pays de l’UE. Et un nombre quasiment semblable, 42% jugent que l’Allemagne soutient les pays en crise de la zone euro pour sauver l’UE. Malgré le scepticisme de beaucoup de Français sur les motivations des Allemands dans la crise, la chancelière Angela Merkel est populaire dans l’Hexagone. Parmi les sondés, 60% d’entre eux ont une opinion positive de Mme Merkel (7% une très bonne opinion et 53% une bonne opinion), tandis que le président français Nicolas Sarkozy compte seulement 36% d’avis favorables sur lui.

0 Réponses à “Le pacte budgétaire européen a du plomb dans l’aile”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol