• Accueil
  • > Présidentielles : la guerre des sondages, approximation méthodologique ou manipulation politique ?

Présidentielles : la guerre des sondages, approximation méthodologique ou manipulation politique ?

Présidentielles : la guerre des sondages, approximation méthodologique ou manipulation politique ?

 

Curieux mais depuis quelques jours, les sondages donnent des résultats  très différents. Pour les uns Sarkozy a pratiquement rejoint Hollande au premier tour, pour les autres Sarkozy est toujours scotché à 25-26% et Hollande lui caracole à 33%. En cause, les méthodologies assez différentes, la période de sondage, la manière dont sont formulées les questions et les techniques de redressement. Sur le strict plan méthodologique, la marge d’erreur est de 3%, elle peut atteindre même 5%. Un chiffre précis n’a aucune valeur statistique. Il devrait être accompagné de la marge d’erreur. Ainsi un gouffre électoral sépare les instituts Ipsos, LH2 et BVA de leurs homologues IFOP et CSA. Les premiers voient François Hollande loin devant Nicolas Sarkozy. Cinq, six à sept points d’avance. Des millions de voix. Les deux autres mettent un point seulement entre les deux candidats, le socialiste voyant sa cote reculer. Un point, l’épaisseur du trait. Et pas la même histoire, du moins au premier tour. Plusieurs autres questions se posent la sensibilité politique des organismes de sondage. La plupart des instituts sont maintenant regroupés et appartiennent à des groupes financiers ou de publicité. Les principaux clients sont des organes gouvernementaux, des journaux et des partis politiques ; certains ont donc intérêt à valoriser des résultats qui les arrangent.

0 Réponses à “Présidentielles : la guerre des sondages, approximation méthodologique ou manipulation politique ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol