• Accueil
  • > Près de 12 milliards de perte annuelle pour DEXIA : un exemple de bonne gestion et de vertu !

Près de 12 milliards de perte annuelle pour DEXIA : un exemple de bonne gestion et de vertu !

Près de 12 milliards de perte annuelle pour DEXIA : un exemple de bonne gestion et de vertu !

 

Dexia a annoncé jeudi une perte annuelle de 11,6 milliards d’euros, l’une des pires performances financières jamais enregistrées en France et qui s’explique par le coût du démantèlement de la banque franco-belge, lessivée par la crise de la zone euro. Les pertes abyssales de Dexia proviennent à la fois des dépréciations enregistrées lors de la nationalisation de Dexia Banque Belgique (4 milliards) et de la nationalisation partielle de Dexia Municipal Agency (984 millions), de la liquidation progressive de son gigantesque portefeuille obligataire (2,6 milliards) et enfin de son exposition à la dette grecque (3,4 milliards).Ces grandes manoeuvres auront néanmoins permis au groupe de réduire son bilan de 154 milliards d’euros, à 413 milliards d’euros. Dexia a prévenu dans son communiqué que sa survie dépendait de l’approbation par la Commission européenne du plan de sauvetage et de l’octroi d’une garantie de 90 milliards d’euros de la France et de la Belgique. Le groupe a indiqué qu’il était critique que la rémunération des garanties soit suffisamment faible pour que Dexia puisse réaliser un résultat positif et renforcer ses fonds propres. La banque a prévenu que l’absence d’un soutien adéquat des pouvoirs publics « pourrait avoir un impact sur la situation de continuité d’exploitation de Dexia et engendrer des tensions sur la situation de liquidité et de solvabilité du groupe ». Dexia doit poursuivre en 2012 les cessions d’actifs et doit notamment vendre sa banque de détail turque Denizbank et sa filiale de gestion d’actifs. Dexia devrait rester à terme une holding financière cotée à la Bourse de Bruxelles et gérer en extinction un portefeuille obligataire. Dexia est vraiment un exemple de bonne gestion et de vertu de ses dirigeants. Lors de son départ forcé, en octobre 2008, Axel Miller avait droit, en vertu de son contrat, à 3,7 millions d’euros d’indemnité de départ (Golden parachute). Suite notamment au veto du président Sarkozy, Axel Miller avait déclaré y renoncer formellement et s’en remettre « à la sagesse du conseil d’administration». Le conseil d’administration de Dexia a décidé de lui octroyer une indemnité d’un an de salaire fixe (825 000 euros), en contradiction avec les déclarations du président Nicolas Sarkozy. Le ministère des Finances français a assuré en avril 2009 qu’il avait voté contre, mais que ses représentants étaient en minorité].Le successeur d’Axel Miller, Pierre Mariani, un proche de Nicolas Sarkozy, s’est octroyé un salaire fixe en hausse de 30 % par rapport à Axel Miller. Le conseil d’administration de Dexia a accepté «à l’unanimité» le 13 novembre 2008 de porter à un million d’euros le salaire annuel du directeur général et de fixer à 2,25 millions d’euros son bonus maximum. Axel Miller ne touchait «que» 825 000 euros de fixe, et son bonus était plafonné à 1,8 million d’euros. C’est le comité des rémunérations, composé notamment de Denis Kessler, ex-numéro 2 du Medef, et d’Augustin de Romanet, directeur général de la Caisse des dépôts, qui a fait ses propositions.

 

0 Réponses à “Près de 12 milliards de perte annuelle pour DEXIA : un exemple de bonne gestion et de vertu !”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol