• Accueil
  • > L’écologie à la trappe avec le départ Kosciusko-Morizet ? Mieux vaut en rire, il n’y a jamais eu de ministère de l’écologie

L’écologie à la trappe avec le départ Kosciusko-Morizet ? Mieux vaut en rire, il n’y a jamais eu de ministère de l’écologie

L’écologie à la trappe avec le départ Kosciusko-Morizet ? Mieux vaut en rire, il n’y a jamais eu de ministère de l’écologie

Sur son site Europe 1 interroge, « l’écologie à la trappe ? » du fait du départ de Kosciusko-Morizet. « Le ministère de l’Ecologie va donc être rattaché aux services du Premier ministre. Un signe de plus du désintérêt du gouvernement pour les questions liées au développement durable ? L’écologie peut-elle encore s’inviter dans le débat pour la présidentielle ? ». Il faut dire que les journalistes survolent  le plus souvent leurs sujets. Après  la nomination de Kosciusko Morizet comme porte parole du candidat Sarkozy, le ministère de l’écologie a disparu de fait. Il n’aura pas de mal à le faire car ce ministère n’a jamais existe. En réalité c’est l’ancien ministère, des transports et de l’équipement qui a été repeint en vert. Ainsi le sois disant commissariat général au développement durable recouvre essentiellement les services de l’ancien ministère cité. Le conseil général des ponts a été rebaptisé Conseil général de l’environnement et du développement durable ; une vraie fumisterie quand on connait la philosophie du conseil général des ponts. Ce dernier n’a cessé au cours de ces dizaines dernières années de promouvoir le développement des infrastructures à tout prix, refusant même toute approche intermodale  (exemple l’évaluation environnementale des nouveaux équipements article 14 de la LOTI, loi d’orientation transport). LE décret n° 2008-680 du 9 juillet 2008 portant organisation de l’administration centrale du ministère de l’écologie, l’administration centrale du ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire montre cette fumisterie ;Ce ministère de l’écologie ;comprend : le secrétariat général ; le Commissariat général au développement durable ; la direction générale de l’énergie et du climat ; la direction générale des infrastructures, des transports et de la mer ; la direction générale de l’aviation civile ; la direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature ; la direction générale de la prévention des risques ; la délégation à la sécurité et à la circulation routières ;- la délégation à l’hébergement et à l’accès au logement. Pratiquement que des services de l’ancien ministère des transports et de l’équipement, plus quelques nouvelles structures au nom ronflant mais sans compétence (conseil général de l’environnement, secrétariat général, commissariat général). Pourquoi avoir placé le ministère de l’écologie là, tout simplement pour en limiter la portée et laisser parallèlement les questions d’écologie relative à l’industrie, au commerce ou encore à l’agriculture dans le giron de leur ministère respectif. Un vrai ministère de l’écologie devrait être placé auprès du premier ministre et disposer de l’autorité sur tous les champs économiques qui mettent en cause l’environnement. (C’est Fillon qui va diriger ce mini ministère de l’écologie pendant deux mois.). Pas étonnant que Borloo ait surtout fait du vent et comme souvent en France des décrets et des taxes (écotaxes, taxes carbone, bilan carbone etc.). Il aurait mieux fait- même en se limitant aux transports- de s’attaquer sérieusement à la SNCF dont le trafic fret est en perdition comme les finances ; Les services de Borloo et de Kosciusco Morizet étaient limités et incompétents, leur autorité s’étendait surtout aux questions de transport. Exemple, ce ministère  pas été autorisé à traiter des questions nucléaires et bien d’autres aussi importantes comme la gestion de l’eau. En vérité on a crée ce ministère pour récupérer les voix des écolos et ce ministère est une caricature de ministère de l’environnement. Du coup, le ministère des transports a disparu, s’est transformé en secrétariat d’Etat des transports sans administration et Mariani par exemple passe son temps à parler de l’immigration au lieu de traiter les dossiers transport !

0 Réponses à “L’écologie à la trappe avec le départ Kosciusko-Morizet ? Mieux vaut en rire, il n’y a jamais eu de ministère de l’écologie”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol