• Accueil
  • > Les syndicats patronaux, ouvriers et agricoles financés par l’Etat, c’est pas un scoop !

Les syndicats patronaux, ouvriers et agricoles financés par l’Etat, c’est pas un scoop !

Les syndicats patronaux, ouvriers et agricoles financés par l’Etat, c’est pas un scoop !

 

Il ya longtemps qu’on sait que les syndicats sont peu représentatifs et que faute de vrai dialogue social, leur fonction même se réduit comme peau de chagrin. Voir l’exemple du dernier sommet social de crise qui a duré 3 heures !!, il y a longtemps que ce ne sont plus les adhérents qui seuls peuvent fiancer ces syndicats. Le rapport Perrochot qui a été enterré visait à faire la lumière sur les finances encore très opaques des syndicats, tant ouvriers que patronaux. Son histoire n’est pas banale. Tout commence en 2007, lorsque Nicolas Perruchot, député du Loir-et-Cher connu pour avoir été le « tombeur » de Jack Lang à la mairie de Blois, propose la création d’une commission d’enquête. L’accueil est froid. Le rapport Perruchot, n’a pas été adopté, ne sera pas publié officiellement, fait rarissime pour la Ve République. Le rapport n’est pas d’une lecture facile. Il ressort tout de même que :

- Les syndicats patronaux, en dépit de leur opulence, « tapent » dans les fonds des organismes paritaires (Sécurité sociale, Unedic, formation…).

- Les syndicats ouvriers vivent aux crochets de l’État et des organismes paritaires.

- Le syndicat agricole dominant, la FNSEA, a un art éprouvé pour confondre fonds publics et militantisme.

Au total, le rapport Perruchot dresse, entre les lignes, un rapport consternant de la vie syndicale en France. À base de combines et de faux-semblants. Où l’État participe à un jeu de rôle avec des apparatchiks syndicaux qui ne représentent pas grand-chose. La France compte 8 % de syndiqués et huit « grands » syndicats. Qui ne courent pas derrière les militants et leurs cotisations tellement il est plus facile d’actionner d’autres pompes à fric (parmi lesquelles les comités d’entreprise des sociétés publiques). Extrait du rapport :

 

« Il ressort des investigations conduites par la commission que les

mécanismes de financement des organisations syndicales et professionnelles sont structurellement opaques, non par souci délibéré de cacher quoi que ce soit, mais en raison de modalités d’organisation qui leur sont propres. S’ajoute à cette difficulté l’absence de prise en considération de certains paramètres matériels importants, comme la mise à disposition de personnels ou de locaux. Un tel constat est d’autant plus regrettable que les sommes en jeu sont significatives. Depuis l’adoption de la loi n° 2008-789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail, la transparence progresse. Les organisations syndicales et d’employeurs sont désormais tenues de publier leurs comptes et les mises à disposition de salariés auprès d’elles ont été

davantage encadrées. Sur cette base, la commission d’enquête a pu collecter des indications chiffrées étayées et procéder à des consolidations comptables ainsi qu’à des comparaisons éclairantes. Le fait est, néanmoins, qu’elle a constaté une extrême complexité dans les circuits de financements légaux et conventionnels en vigueur, celle-ci ouvrant la voie à de possibles dérives. Cette situation a conduit à certaines incongruités, à commencer par celle d’un évident déficit de représentativité d’organisations dont l’essentiel des ressources est parfois déconnecté des cotisations de leurs adhérents. Plusieurs propositions sont donc formulées afin d’y apporter des remèdes. Ce faisant, la représentation nationale apportera sa pierre à la négociation collective en cours sur le devenir du paritarisme et aux grands débats politiques à venir, au printemps 2012. »

0 Réponses à “Les syndicats patronaux, ouvriers et agricoles financés par l’Etat, c’est pas un scoop !”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol