• Accueil
  • > Grèce: une solution bâtarde pour quelques mois

Grèce: une solution bâtarde pour quelques mois

Grèce: une solution bâtarde pour quelques mois

400 milliards au total pour sauver la Grèce. La décision finale n’est pas prise. »Je suis confiant dans le fait que l’Eurogroupe parviendra à prendre toutes les mesures nécessaires (concernant l’aide à la Grèce) le lundi 20 janvier », a affirmé le chef de file de l’Eurogroup Jean-Claude Juncker. L’objectif est de déboucher sur un accord de principe concernant le plan de soutien à la Grèce composé d’une aide publique de 130 milliards d’euros et d’un effacement partiel de la dette grecque détenue par les créanciers privés, à hauteur de 100 milliards d’euros.  Le temps presse: l’opération d’échange de dette qui doit être mis en œuvre par les créanciers privés, si elle obtient le feu vert de la zone euro, durera plusieurs semaines, et la Grèce doit rembourser 14,5 milliards d’euros d’ici le 20 mars, sous peine de se retrouver en faillite.  A bout de patience vis-à-vis d’Athènes, la zone euro avait exigé la semaine passée un certain nombre de conditions, mais devant l’absence d’avancées, M. Juncker avait tapé du poing sur la table mardi soir et décidé d’annuler une réunion des ministres qui devait se tenir mercredi, reportant toute décision.  Depuis, « des progrès substantiels ont été réalisés », a-t-il souligné mercredi.  L a question de savoir s’il faut garder l’objectif d’un niveau ramené à 120% du PIB d’ici 2020 ou le laisser atteindre un niveau plus élevé, par exemple 125%.  Sur ce point, « il y a les fétichistes du 120% qui n’en démordent pas », en particulier les Pays-Bas, l’Allemagne et la Finlande, a indiqué une source proche des négociations. Si le curseur ne bouge pas des 120%, condition posée par le Fonds monétaire international, une rallonge pourrait être nécessaire.   »Il faut dire la vérité au peuple grec, il y a plusieurs [pays de la zone euro] qui ne veulent plus de nous. Et il faut les convaincre » que la Grèce peut « réussir » à y rester « pour les prochaines générations, pour nos enfants », a prévenu dans la matinée le ministre grec des Finances Evangélos Vénizélos, ajoutant que certaines « puissances (Allemagne, Pays-Bas etc.) au sein de l’Europe jouaient avec le feu ». En fait on va s’orienter vers un compromis bâtard, c’est-à-dire une aide assortie de conditions ; de sorte qu’on pourra toujours remettre en cause le plan d’aide. On va gagner quelques mois mais avec l’écroulement de la croissance tout sera à revoir.

 

0 Réponses à “Grèce: une solution bâtarde pour quelques mois”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol