• Accueil
  • > Un référendum sur la formation pour quoi faire ?

Un référendum sur la formation pour quoi faire ?

Un référendum sur la formation pour quoi faire ?

 

 

 

Le droit à la formation est acté dans les textes pour les salariés dès lors on se demande quel est l’intérêt d’un référendum sur la question ; le constat a également été fait par la Cour des compte en 2008, la formation est inadaptée, les couts élevés et opaques et surtout n’est pas orientée en direction de ceux qui en ont le plus besoin notamment les chômeurs. Extrait du rapport de la Cour des comptes :

 

 

« 1. Les formations sont largement inadaptées aux besoins des individus et des entreprises, qu’il s’agisse de la formation professionnelle initiale dont les résultats en termes d’insertion dans l’emploi sont insuffisants ou de la formation continue qui répond très imparfaitement

aux difficultés des salariés peu formés ou mal qualifiés ;

2. Les financements sont abondants mais insuffisamment mutualisés, ce qui met d’autant plus en cause la pertinence du système actuel que celui-ci manque de transparence et fait apparaître des coûts élevés.

3. L’action des différents acteurs de la formation professionnelle est faiblement cohérente ; les cloisonnements du système, les insuffisances de son pilotage et la faiblesse des évaluations auxquelles il donne lieu, tant au niveau national que régional, rendent impossible la définition d’une stratégie partagée et compromettent l’efficacité d’ensemble des actions menées. Chacun de ces constats est accompagné de recommandations définissant les conditions auxquelles une politique de formation professionnelle tout au long de la vie deviendrait possible

 

 

Principales conclusions

a) La formation professionnelle des chômeurs

Les  effets de la formation des chômeurs sur leur retour à l’emploi sont ambigus, et surtout fortement hétérogènes. Les  évaluations sont rares, même à l’étranger, et sont pour ainsi dire inexistantes en France.

b) La formation professionnelle des salariés

L’impact de la formation continue sur les salaires des bénéficiaires sont généralement faibles voire non significatifs dès lors que le caractère potentiellement endogène de la formation est pris en compte.  En revanche, les rendements sociaux de la formation sont très

incertains, dans la mesure où les externalités de celle-ci n’ont fait jusqu’ici l’objet d’aucune étude empirique rigoureuse. Il est dès lors possible que, conformément à l’objectif de promotion sociale qui a sous-tendu la législation française en la matière, la formation des salariés les plus vulnérables constitue un facteur d’inclusion, bénéfique à l’ensemble du

corps social. Plutôt qu’un sous-investissement en formation, le système français présenterait de ce point de vue un défaut de ciblage, dans la mesure où les salariés les moins qualifiés et les moins diplômés sont ceux qui accèdent le moins fréquemment à la formation.  Un autre aspect du système français de formation continue est qu’il a fait l’objet de très peu d’évaluations rigoureuses »

 

En réalité la formation professionnelle est devenue un véritable fromage (environ 30 milliards de financement annuel) qui profitent à la multitude des organismes de collecte et de formation ; un système opaque sans véritable évaluation qui parfois fiance  bien autre chose que les formations qualifiantes (y compris certaines organisations) et qui n’est pas orienté vers ceux qui en ont le plus besoin. Un référendum ne changera rien, il faut une reforme de la collecte, une véritable rationalisation des objectifs et des moyens et un ciblage vers les populations les plus vulnérables. Ce n’est pas un référendum qui peut procéder à une telle reforme.

0 Réponses à “Un référendum sur la formation pour quoi faire ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol