• Accueil
  • > Les recommandations du MEDEF : ça manque de souffle pour les PME

Les recommandations du MEDEF : ça manque de souffle pour les PME

Les recommandations du MEDEF : ça manque de souffle pour les PME

 

 

 Les propositions du patronat dans la perspective de l’élection présidentielle, articulées autour d’une vingtaine de points dont le déficit public nul en 2015, mais avec une priorité: le fédéralisme européen. La « top priorité », c’est l’Europe et « il faut oser le fédéralisme ». Mais pour cela, plusieurs étapes sont nécessaires dont la remise en ordre des finances publiques, la création d’un socle social européen commun ou encore l’élection au suffrage universel d’un président de l’Europe. Au niveau de la France, le scénario du Medef table sur un déficit public nul en 2015, et un budget excédentaire dès 2016 en privilégiant une réduction des dépenses respectant le credo « 2 pour 1″, deux fois plus d’économies sur les dépenses publiques que de hausses des prélèvements fiscaux et sociaux. 23 axes sont définis par le MEDEF pour une compétitivité équitable ». Parmi les mesures : – accélérer les convergences au sein de l’Union européenne, créer un socle social et préparer l’union politique ; – assurer la flexibilité et la convertibilité des monnaies ; – ne pas remplacer 2 fonctionnaires sur 3 partant à la retraite dans la fonction publique d’Etat, 1 sur 2 dans les collectivités locales ; – restructurer la carte hospitalière, modifier la gouvernance de l’assurance-maladie ; – lancer un débat sur un nouvel âge légal de départ à la retraite à échéance 2030 ; – étendre le taux réduit (15 %) d’impôt sur les sociétés, développer les binômes PME-grands groupes, créer des plates-formes obligataires pour les PME et faciliter leur accès aux partenariats public-privé ; – moduler les cotisations d’assurance-chômage en fonction du volume de formation et rendre l’allocation chômage dégressive ; – fixer la durée du travail par accord collectif ou, à défaut, dans le contrat de travail, assouplir la définition du licenciement économique. A noter surtout l’union politique sans doute pour contraindre la France à se rapprocher des critères de gestion de pays plus vertueux comme l’Allemagne., avec un président de l »Europe élu. La reforme du système monétaire est abordée avec beaucoup de prudence ; En matière de fiscalité, le MEDEF préconise un taux réduit d’imposition sans doute pour avoir constaté que les PME sont bien davantage imposées que les grandes sociétés. Les autres principales mesures visent à réduire les dépenses publiques (nombre de fonctionnaires notamment) et les dépenses de chômage et de maladie. Les 35 heures sont remises en cause par le biais d’accord collectif (branche ou entreprise,) ou dans le contrat de travail, ce qui constituerait une individualisation qui serait très discutée. On voit cependant mal comment l’équilibre budgétaire pourrait être atteint dès 2015 avec un taux de croissance entre 1 et 1.5.% de progression du PIB. Dans un pays où la croissance repose essentiellement sur la consommation, la croissance est essentielle pour réduire le chômage et ainsi redonner du pouvoir d’achat. C’est pourtant le grand défi des mois et des années à venir ».besoin d’air » était le titre de la contribution du Medef en 2007, « besoin d’aire en 2012 », « besoin de souffle » aurait été plus approprié » surtout pour les PME qui attendent surtout une reprise de demande et un meilleur accès au crédit. Pas sûr que le MEDEF soit suffisamment attentif à cette catégorie d’entreprises.

0 Réponses à “Les recommandations du MEDEF : ça manque de souffle pour les PME”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol