• Accueil
  • > Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie critique la BCE sur la Gréce

Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie critique la BCE sur la Gréce

Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie critique la BCE sur la Gréce

Le  prix Nobel d’économie égratigne la Banque centrale européenne et son manque de transparence. Dans le dossier grec, Stiglitz estime que la position de l’institution de Francfort a été pour le moins curieuse. Elle s’est ainsi toujours opposée à ce fameux « événement de crédit », lié à un défaut de paiement de la Grèce, qui déclencherait les contrats de CDS. Que n’a-t-on écrit sur ces « credit default swaps », ces contrats qui permettent de s’assurer contre un défaut de paiement ? Un produit qui a enfoncé des firmes comme AIG et Fortis en pleine tourmente financière en 2008, et qui a ensuite mis à mal des pays, comme la Grèce. A la base, un CDS peut s’avérer utile. Il permet à un détenteur d’une obligation de se couvrir contre le défaut de paiement de l’émetteur. Comme un « bon père de famille » assure sa maison contre un incendie. Mais quand ce sont majoritairement des non-détenteurs de l’obligation qui se ruent sur les CDS, cela se corse. Il s’agit alors d’acteurs qui s’assurent contre un risque financier qu’ils ne courent pas. Ou comme l’indiquait Peter Praet, « c’est un peu comme si j’achetais une assurance contre le risque d’incendie de la maison d’une tierce personne ». En d’autres mots, ce serait presqu’une incitation à mettre le feu à la maison du voisin. Mais revenons à Athènes. Les banques européennes détiennent quelque 40 milliards d’euros de dette grecque. On aurait pu supposer que face au risque de défaut sur leurs obligations, les banquiers, en gestionnaires avisés, achètent une assurance sous forme de CDS. « Dans ce cas, un régulateur qui prend en compte la stabilité financière du système veille en principe à ce que l’assureur paye en cas de perte. Pourtant la BCE veut que les banques ne soient pas dédommagées en cas de perte sur les obligations qu’elles détiennent », s’étonne Stiglitz. Alors plusieurs hypothèses existent. La première, selon le prix Nobel, est que les banques ne se sont pas assurées contre le défaut de paiement et que certaines ont adopté des positions spéculatives. Ou alors la BCE tente peut-être de protéger les banques qui ont émis les contrats d’assurance et qui sont donc censées devoir dédommager les acheteurs de contrats. Si tel est le cas, ce serait relativement grave. Enfin, dernière hypothèse, la BCE sait que le système financier manque de transparence et que les investisseurs ne peuvent évaluer les conséquences d’un défaut de paiement, ce qui pourrait entraîner un nouveau gel des marchés du crédit, de type Lehman Brothers. Pour couronner le tout, c’est l’International Swaps and Derivatives Association (ISDA), composée de banquiers, qui décide si un « événement de crédit » a bien eu lieu et si ce dernier permet d’activer les CDS. Des banquiers, juges et parties ? Stiglitz parle en tout cas d’un petit « comité secret ».

0 Réponses à “Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie critique la BCE sur la Gréce”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol