• Accueil
  • > La campagne électorale s’enfonce dans la médiocrité et la démagogie

La campagne électorale s’enfonce dans la médiocrité et la démagogie

La  campagne électorale s’enfonce dans la médiocrité et la démagogie

Référendum sur le chômage, augmentation des salaires, fonctionnaires supplémentaires, mini taxe Tobin, nouvelles allocations, carburant moins cher voilà quelques thèmes des futurs candidats ; En fait aucun programme n’est adapté aux enjeux de la crise financière économique et sociale. Ces programmes-sils sont appliqués- ne teindront pas trois mois. Pourquoi autant d’incompétence économique ? D’abord aucun des principaux candidats n’a la moindre formation en matière économique qui constitue le centre de la crise. Ils sont certes entourés par certains experts mais ces derniers, même quand ils sont compétents, ce qui n’est pas toujours le cas, doivent se plier aux impératifs du markéting politique ; En fait c’est la « com. » qui gouverne et fait office d’analyse et de vision. Il ne s’agit pas de gérer les intérêts de la France mais la scène médiatique. Chaque jour de faire du buzz, il s’agit d’annoncer une nouvelle mesure ou inversement de dénoncer celle de l’adversaire. Nous sommes dans le court terme, l’immédiateté même, le superficiel, l’événementiel fugace, la posture davantage que la position de fond. Ceci vaut pour tous les candidats. Tous ou presque font des promesses insensées qu’ils ne pourront tenir. Une raison à cela,  c’es que la gouvernance française ne commande plus, le pouvoir est à l’extérieur, chez ceux auxquels on a emprunté de manière irresponsable depuis 30 ans ; la France pour schématiser sur un an possèdent 10 mois de recettes, les deux derniers mois de dépenses sont empruntés. Aujourd’hui en dépit des 50 milliards de charges financières, on ne rembourse même pas la totalité des intérêts. Promettre des augmentations de revenus relève donc de l’arnaque politicienne car au contraire la fiscalité et –ou l’inflation viendront amortir cet endettement colossal. Autre raison, le pouvoir est pour une partie dans les mains de la technocratie Bruxelloise, coupée du réel qui inonde l’Europe de règlements et de directrices mais qui laissent l’Europe se réduire à un espace de  libre  échange sans véritable régulation. Une administration bruxelloise par contre complètement paralysée face à la crise de l’endettement et qui laisse les chefs d’Etat se dépatouiller comme ils peuvent avec ce problème, c’est-à-dire très mal compte tenu des divergences entre les Etats. Personne ne  parle de reformer la gouvernance européenne à part ceux qui souhaitent sa disparition totale, encore une utopie dangereuse.  Dans le peu de marges de manœuvre qui restent aux responsables français, on évite les sujets qui fâchent comme la réforme de l’Etat largement responsable de la dérive de nos comptes. Des réformettes éventuellement, pas de réflexion de fond sur la pertinence des champs d’intervention de la puissance publique et sur ses modalités ‘ Trop lourd, trop compliqué, trop d’intérêts corporatistes y compris chez les énarques qui noyautent tout y compris les partis ; Sur l’école, on parle quantitatif et non qualitatif, combien de profs en plus ou en moins ? Alors que c’est le contenu d’enseignement qui est en cause. La faiblesse de cet enseignement conduit des générations entières vers des bacs  pro qui eux-mêmes mènent tout droit au chômage. Des bacs pro qui ne valent pas même l’ancien CAP. On parle de la filière apprentissage, on en parle mais c’est tout et à la marge (pour les manuels seulement !) quand en Allemagne elle est généralisée y compris pour les plus hautes qualifications. L’inadéquation entre la demande et l’offre sur le marché du travail est une extraordinaire machine  à fabriquer du chômage. 3 millions de chômeurs  officiels, auxquels il faut ajouter 3 millions environ de bénéficiaire de RSA (il y en avait 700  000 il y a une trentaine d’années !). Tous les bénéficiaires du RSA ne sont pas des demandeurs d’emploi mais une grande proportion préfère le RSA à un salaire précaire. C’est la question de la réinsertion qui est posée ; la formation permanente qui gère environ 30 milliards par an n’est pas en priorité au service de cette tache. La formation permanente est trop souvent devenue un fromage (voir à cet égard le rapport de la cour des comptes) d’une totale opacité. La régulation, autre sujet majeur, est confondue avec le volume de lois, de décrets de circulaires. La régulation est en fait virtuelle et sert d’une part à compliquer la vie des entreprises et à faire vivre des centaines de milliers de fonctionnaires. D’après le parlement lui-même environ 30% des lois ne sont pas appliqués et 30% mal mises en œuvre. Un problème, le lendemain : une loi ;  sans même s’interroger pour savoir si les textes existants sont appliqués ou pour quoi ils le sont mal. C’est l’overdose réglementaire. Cela ne change pas pour autant les pratiques, la France est un des  pays qui produisent le plus de lois. Bien d’autres questions stratégiques devraient au centre du débat politique mais ce n’est pas vendeur. Il, est plus facile d’annoncer des augmentations de salaires, des allégements d’impôt, de nouvelles aides ou de rester à des généralités sans contenu, du type’ » il faut que ça change » ; il serait urgent qu’une instance indépendante et compétente type cour des comptes procède à évaluation économique des promesses des candidats. Idée sans doute inutile car les promesses n’engagent que ceux qui le écoutent et une fois au pouvoir on fera autre chose, en fait ce qu’on pourra, sans doute mal, parce mal préparé aux véritables défis économiques.

 

0 Réponses à “La campagne électorale s’enfonce dans la médiocrité et la démagogie”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol