• Accueil
  • > Une mini taxe Tobin à la française….électorale

Une mini taxe Tobin à la française….électorale

Une mini taxe  Tobin à la française….électorale

Le Conseil des ministres a examiné mercredi la fameuse, une  taxe Tobin à la française voulue par le chef de l’Etat. Le dispositif annoncé s’avère éloigné des ambitions initiales.  Comme souvent en France, après l’enflure des discours, c’est la meurette. On aura donc une mini taxe Tobin sur les transactions financière en août. Drôle de courage. On bénéficie de l’annonce auprès de l’électorat mais on reporte les conséquences sur le futur gouvernement après les présidentielles. On fait plaisir aux pourfendeurs de la finance mais on ne change rein pour ne pas déstabiliser la place financière de Paris. Problème d’ordinateur, paraît-il ? En fait cette mini taxe va concerner peu de produits. Principalement les  actions des entreprises françaises dont la capitalisation boursière dépasse 1 milliard d’euros, soit à une centaine de sociétés selon l’Amafi, qui représentent 97% des volumes. Ensuite, les CDS (assurance sur le risque de défaut) dits « nus ». Mais sur un temps limité car ces derniers devraient être interdits à partir du 1er novembre. Pour bon nombre de professionnels de la finance, cette taxe Tobin, c’est déjà trop. Tout ce qui renchérit le coût des transactions financières n’est pas de bon augure pour la place de Paris. Concrètement cela se traduira par un doublement des frais de transactions.  « Le risque, c’est que les grands investisseurs internationaux se détournent des titres français. », explique-t-on au sein de Paris Europlace. Il pourrait ainsi y avoir deux catégories de titres, les internationaux et les français, avec une moindre liquidité. « Cela va surtout dépendre de l’évolution de la législation dans les autres pays », ajoute un courtier. Seuls les classiques achats d’actions subiront à coup sûr une ponction, sur un champ restreint aux grandes entreprises.  Le gouvernement vise donc  aussi les  CDS sur les dettes souveraines mais le  trading haute fréquence Mais leur imposition est dérisoire. Pour preuve, Bercy prévoit que la taxe sur les transactions financières rapportera une recette fiscale de 1,1 milliard d’euros en année pleine… uniquement sur les actions. Pour les deux autres catégories, la prévision est de zéro euro, compte tenu des incertitudes qui planent sur la capacité du fisc à lever l’impôt. La mesure française est limitée au regard du projet de directive défendu par la Commission européenne et le Parlement européen. Bruxelles préconise un impôt sur toutes les opérations financières sans exception, produits dérivés et obligations compris. Mais le gouvernement a considéré qu’il n’était « pas possible d’instaurer efficacement dans un seul pays une taxe portant uniformément sur l’ensemble des transactions financières ».  Le gouvernement est révolté par la spéculation réalisée à travers des ordinateurs ultra-rapides qui jouent à la nano-seconde (un millième de seconde) mais la taxe est insignifiante. On pourra aisément d’ailleurs la contourner avec l’évolution de l’ingénierie financière. Le trading haute fréquence pourra notamment se développer mais à partir d’autres places financières que Paris.la mini taxe Tobin, c’est comme pour la crise de la dette :  trop peu et mal ficelé.

0 Réponses à “Une mini taxe Tobin à la française….électorale”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol