• Accueil
  • > Hausse des prix : après l’énergie, la distribution, c’est la SNCF

Hausse des prix : après l’énergie, la distribution, c’est la SNCF

Hausse des prix : après l’énergie, la distribution, c’est la SNCF

 

Les augmentations de prix s’ajoutent aux augmentations, après l’énergie notamment le carburant, les produits de la distribution, c’est le tour de la SNCF. Voyager en TGV coûtera 3,2% de plus en 2012. La SNCF accuse la hausse de TVA qui pourtant n’explique qu’une partie de ces hausses .Les prix des billets TGV vont nettement augmenter l’an prochain, une hausse en bonne partie liée au relèvement de la TVA décidé par le gouvernement, qui tombe mal pour la SNCF après ses promesses de conserver des tarifs accessibles au plus grand nombre.

 

A compter du 3 janvier 2012, les tickets pour les trains à grande vitesse mais aussi les trains interrégionaux et les trains de nuit  coûteront 3,2% plus cher, a annoncé mardi la SNCF.  Cette hausse s’explique pour près de la moitié par le relèvement du taux réduit de la TVA de 5,5% à 7%, décidé par le gouvernement dans le cadre du deuxième plan de rigueur présenté en novembre.  La répercussion de cette mesure représentera une augmentation moyenne de 60 centimes .Le reste de la hausse est imputable à la majoration tarifaire voulue par la SNCF. « L’ajustement annuel des tarifs TGV (deuxième classe plein tarif) sera de 1,7% en 2012, soit strictement le taux de l’inflation prévue pour 2012″, indique la compagnie ferroviaire dans un communiqué. Trois  éléments pèsent de manière significative sur le pouvoir d’achat des ménages en France : le prix des transports,  l’énergie et celui de l’alimentation. Pour l’alimentation (et autres produits de consommation courante) une étude de  Prixing, une start-up spécialisée dans la comparaison des prix, montre que le panier de la ménagère a augmenté de 3.71% sur un an. Cela en dépit de certaines baisses des matières premières, baisse non répercutées. « Les  prix agricoles se sont effondrés mais les prix en rayon n’ont pas suivi », déplore le chargé de mission de la CLCV. Il faut rappeler que l’inflation sera d’environ 2.5% en 2011, l’augmentation des prix de la distribution est donc largement supérieure à cette hausse générale des prix. Autre élément qui handicape le pouvoir d’achat la hausse des prix de l’énergie. Pour  les particuliers, le gaz  augmentera de 4,4% au 1er janvier 2012, a annoncé mardi le ministère de l’Energie. Le gouvernement a rapidement acté la décision du Conseil d’Etat suspendant l’application du gel des tarifs du gaz de GDF Suez pour les particuliers décidé au 1er octobre ; en fait la série d’augmentation de l’énergie continue et n’est pas prête de s’arrêter. L’électricité de son coté avait déjà augmenté entre mai 2010 et juin 2011 de 6.4%, puis de 2.9% en juillet 2011. EDF a d’ailleurs prévenu, elle compte augmenter les prix de 5 à 6% par an jusqu’en 2015. Pour le carburant, la hausse a encore été très forte en 2011, de l’ordre de 15%. Deux raisons à cela. D’abord le maintien à un très haut niveau des prix du baril, mardi 13 décembre le Brent à Londres était encore coté au dessus de 100 dollars à 109 dollars. Seconde explication, les grandes sociétés pétrolières font des profits record avec la hausse du brut et on pourra le vérifier encore lors de l’arrêté des comptes de 2011. Troisième raison, l’évolution à la baisse de l’euro qui renchérit le prix du pétrole pour l’Europe puisque le prix du pétrole est fixé en dollar. On ne peut guère compter sur le gouvernement pour diminuer les taxes qui affectent ces produits. Bien au contraire la dégradation des comptes publics encourage à les augmenter, ce qui déjà se produit mécaniquement avec la seule TVA. L’augmentation des prix de la SNCF est aussi incohérente surtout en période de crise. Dès lors, il ne faut guère espérer que le train pourra être davantage accessible au plus grand nombre. C’est une politique de gribouille, d’un coté la SNCF verse des dividendes ridicules à l’Etat pour masquer sa situation financière dramatique, de l’autre elle augmente ses prix, ce qui la rendra mois compétitive en particulier en période de réduction du pouvoir d’achat. C’est de cette manière que la France perd sa compétitivité et ses emplois.

 

 

 

0 Réponses à “Hausse des prix : après l’énergie, la distribution, c’est la SNCF”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol