LE FMI envisage une décennie de crise mondiale

LE FMI envisage une décennie de crise mondiale  Le Fonds monétaire international, par la voix de C. Lagarde en déplacement en Chine, a estimé que la crise de la dette menaçait l’économie mondiale d’une « décennie perdue », une expression utilisée par les économistes pour décrire la situation du Japon depuis les années 1990, conjuguant croissance faible, déflation et endettement massif. « Nous avons le sentiment que si nous n’agissons pas avec audace et si nous n’agissons pas ensemble, l’économie du monde entier court le risque d’une spirale d’incertitude, d’instabilité financière et d’un effondrement potentiel de la demande mondiale », a indiqué Christine Lagarde. La crise qui se prépare sera donc comparable à celle de 1929. En effet pour les Etats- Unis comme pour la France, il avait fallu une dizaine d’année pour retrouver le niveau d’activités économiques de 1929. On connaît la prudence des institutions, si le FMI pense que la crise mondiale peut durer 10 ans, c’est sans doute qu’il s’agit là d’un laps de temps minimum. Il faudra en effet au moins une voire deux décennies pour rembourser les dettes acculées par exemple par la France depuis 35 ans ; Le dernier rapport de la cour des comptes résume la situation ainsi  « La France a des ressources fiscales pour assumer 10 mois par an de dépenses, le reste, elle  l’emprunte ! » C’est donc bien environ 15% de ressources supplémentaires qu’il faut trouver d’une manière ou d’une autre (et sans doute pas par combinaison de toutes). 15% pour seulement équilibrer le budget qui n’est pas même en équilibre hors dette ;Il faudra bien entendu rembourser les 2000 milliards officiels de dettes ( qui ne comprennent pas le dettes dissimulées dans le hors bilan comme les retraites soit de l’ordre de 1000 milliards au moins car il faut compter avec le futur déséquilibre actifs-retraités) ; 50 milliards seront consacrés à la dette en 2012 sans espoir de la faire diminuer compte tenu d’une part d’une récession probable et de la montée des taux d’intérêt.  La dette actuelle étant grossièrement de l’ordre de 2000 milliards (on peut ergoter sur ce montant  du fait d’approches comptables différentes) soit  à peu près l’équivalent du PIB en 2011. Cela représente donc de l’ordre de 100% du PIB Or il faut rappeler que nos prélèvements obligatoires sont déjà de l‘ordre de 50% (là aussi on peut ergoter sur le taux) ; il sera donc difficile d’augmenter de manière significative la fiscalité sans tuer la compétitivité. La compétitivité française déjà plombée par la fiscalité n’y résisterait pas et la croissance en serait gravement affectée. A cet égard le solde de nos échanges extérieurs atteindra le record de 80 milliards d’euros en 2011 et c’est sans doute là le déséquilibre structurel le plus dramatique pour le pays. Certains comptent sur la reprise de la croissance et donc les ressources fiscales à venir. Or depuis plusieurs dizaines d’années, ce taux de croissance tourne autour de 2% par an en moyenne. On ne voit pas pourquoi, brusquement ce taux évoluerait à la hausse compte tenu de l’émergence des nouveaux pôles économiques mondiaux. On peut même craindre une baisse pour n’atteindre que 1% en moyenne, ce qui ne serait déjà pas un mauvais résultat compte tenu de la crise. Il faut en effet prendre en compte que nous allons connaître une période forte récession donc une croissance négative pendant plusieurs années. Il s’agira des conséquences de la crise obligataire, de la hausse des taux d’intérêt, du ralentissement des échanges mondiaux, de la baisse de la consommation intérieure et du chômage. Comme l’indique le FMI une dizaine d’années  seront nécessaires pour nous redresser comme en 1929 mais il faudra encore une dizaine d’années pour retrouver une croissance satisfaisante.  

0 Réponses à “LE FMI envisage une décennie de crise mondiale”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol