La France fragilisée par son budget

La France fragilisée par son budget 

Pour la ministre du Budget, Valérie Pécresse, la révision de la prévision de croissance de la France pour 2012 était « prématurée » le 25 octobre « Elle est prématurée parce que nous sommes dans une période de turbulences et que, dans cette période de turbulences, nous avons une très faible visibilité sur les perspectives de croissance de l’année prochaine ». Deux jours plus tard, N. Sarkozy annonçait que la prévision de croissance était obsolète et qu’il fallait compter désormais sur 1% en 2012 et non sur 1.75%. Fillon n’exclut donc plus pas de revoir les orientations budgétaires en fonction des nouvelles prévisions de croissance. Le gouvernement doit réviser à la baisse « dans les délais les plus rapprochés possibles » ses hypothèses de croissance, avait déclaré lundi le premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud (PS), estimant qu’il en allait de « sa crédibilité». La ministre du Budget, Valérie Pécresse, a prévenu reconnu que si la croissance n’était pas au rendez-vous des efforts supplémentaires seraient à réaliser .L’Assemblée a achevé l’examen de la première partie du projet de budget 2012 (volet recettes), la ministre du Budget Valérie Pécresse se réjouissant d’une réduction de 1,5 milliard d’euros du déficit de l’Etat. Le rapporteur général du Budget, Gilles Carrez (UMP), a lui aussi souligné que « c’est la première fois depuis 2002 qu’après l’examen en première partie (du projet de budget ndlr), nous réduisons le déficit de 1,4 milliard d’euros, l’année dernière c’était 900 millions «la reconnaissance par N. Sarkozy d’une croissance nettement inférieure aux prévisions remet évidemment tout en question. Les 10 milliards d’économie sont devenus notoirement insuffisants. Il faudra désormais trouver une vingtaine de milliards et non pas 10 ; En outre il faudrait aussi intégrer le déficit de la sécurité sociale qui d’une manière ou d’une autre aura aussi des conséquences sur les équilibres et sur la fiscalité, au total c’est au moins 40 milliards qu’il faudra pour tenir les objectifs d’équilibre. En cette période électorale, les marges sont étroites pour ne pas désespérer les électeurs ; le relèvement général de la TVA semble exclu, on parle d’un taux de TVA intermédiaire ; quelques niches fiscales pourraient aussi être supprimées et une taxation supplémentaire des grande entreprises pourrait être décidée; à peine examiné par le parlement, le budget est donc obsolète. Son déséquilibre est grave car il menace l’évaluation de la note française ; Les derniers indicateurs économiques indiquent clairement que la France est entrée en phase de récession, rien ne dit que le début 2012 sera meilleur que la fin d’année 2011. La croissance à 1% en 2012 est certainement aussi surévaluée, les experts tablent plutôt sur 0.8% ; Avec la baisse de a consommation en septembre et sans doute les mois suivants, la hausse du chômage, on voit mal comment l’activité pourrait repartir ; On s’oriente donc vers des révisions budgétaires tous les deux mois afin surtout de prouver aux marchés financiers que la France tient ses promesses ‘d’équilibre. Pas sûr que ces marchés soient rassurés car des reformes structurelle comme la TVA sociale, la reforme plus générale delà fiscalité, le principe de la règle d’or notamment sont reportés au-delà des élections présidentielles. La période électorale va neutraliser les réformes de fonds pendant plusieurs mois, au moins jusqu’au mi 2012. Si comme c’est probable la croissance se détériore encore la France sera grandement fragilisée et pourrait après l’Italie et l’Espagne devenir une cible des marchés. 

0 Réponses à “La France fragilisée par son budget”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol