France : récession économique en vue dès octobre

France : d’après les indices Markit  récession en vue dès octobre  La France est maintenant à peu près assurée de tomber en récession dés octobre d’après plusieurs indicateurs notamment ceux de  Markit. La plupart des indicateurs sont sous la barre des 50 qui indique la stagnation ; au dessus de 50 c’est la croissance, en dessous c’est la récession. L’activité dans le secteur privé en France s’est contractée en octobre pour la première fois depuis mi-2009, selon les premières estimations PMI publiées lundi par Markit. L’indice PMI « flash » composite a reculé à 46,8 après 50,2 en septembre, passant sous la barre de 50 qui sépare croissance et contraction et atteignant son plus bas niveau depuis 29 mois. L’indice des services passe nettement sous cette barre à 46 après 51,5 en septembre, pour atteindre son plus bas niveau depuis 27 mois. L’indice PMI de l’industrie a en revanche légèrement monté à 49 après 48,2 en septembre, l’activité continuant néanmoins à se contracter. Les risques de récession se confirment clairement en France d’autant que pour l’ensemble de la zone euro, les indicateurs sont aussi dégradés. L’activité du secteur privé s’est fortement contractée en octobre sur l’ensemble de la zone euro, l’indice composite « flash » tombant à 47,2, après 49,1 en septembre. Les analystes tablaient sur 48,8. L’indice manufacturier a reculé à 47,3, après 48,5 en septembre, et celui des services est ressorti à 47,2, contre 48,8 en lecture définitive le mois dernier. Un niveau également inférieur aux prévisions puisque l’indice manufacturier était attendu à 48,0 et l’indice des services à 48,5. La contraction des commandes et la chute de la confiance dans la zone euro expliquent la tendance. C’est le troisième mois consécutif sous la barre des 50 pour l’indice manufacturier, et le deuxième pour celui des services. Sur la même période, l’activité du secteur manufacturier allemand a plongé pour tomber à 48,9, sa première incursion sous le seuil des 50 depuis septembre 2009. Les analystes attendaient un chiffre à 50. L’indice affichait 50,3 en septembre. Globalement, l’activité du secteur privé est toutefois en croissance. L’indice PMI « flash » composite a atteint 51,2, après 50,5 en septembre, se donnant un peu plus de marge au-dessus de la barre de 50 qui sépare croissance et contraction. Cette hausse est due à celle du secteur des services, dont l’indice a atteint 52,1, alors que les analystes n’attendaient que 49,7 après 49,7 également en septembre. La France comme l’Europe sont donc en récession ; Des indicateurs qui confirment les prévisions de COFACE. Le groupe d’assurance crédit Coface avait aussi constaté une dégradation de la solidité des entreprises des deux côtés de l’Atlantique et a levé sa surveillance positive sur plusieurs grandes économies, dont les Etats-Unis, l’Allemagne et la France. La situation économique s’est détériorée depuis l’été, la volatilité des marchés traduisant une crise de confiance qui  se transmet à l’économie réelle, dans un contexte où le désendettement des acteurs économiques pèse sur l’activité. La défiance à l’égard des banques pourrait en outre affecter le crédit aux entreprises, souligne l’assureur-crédit. Coface a levé la surveillance positive de l’évaluation A2 des Etats-Unis, de l’Allemagne, de l’Autriche, de la Belgique, de la France et des Pays Bas, et mis sous surveillance négative les évaluations A3 de l’Italie et A4 du Portugal. »Nous sommes sortis de la phase d’amélioration globale du comportement de paiement des entreprises constatée depuis le second semestre 2009″, explique Yves Zlotowski, économiste en chef de Coface. « Un retournement de la confiance des acteurs de l’économie réelle est à l’œuvre et pèse sur l’activité. La crise financière est actée depuis l’été mais la dégradation de l’économie peine à être enregistrée. Or c’est l’enjeu majeur de la période. Sans croissance, la crise financière prend une autre dimension ; Les marchés sont beaucoup plus réactifs mais ont aussi besoin d’un peu de temps pour s’ajuster. D’une manière générale, ils sur-réagissent aux bonnes comme aux mauvaises nouvelles sans nécessairement prendre en compte les tendances structurelles. D’où des rebonds ou des fléchissements dits techniques qui ne sont qu’une manière de rectifier avec retard  les valorisations en fonction des réalités. Nous indiquons ce tassement économique depuis l’été mais Il faut du temps pour que les instituts confirment officiellement ce tassement. Deux raisons à cela, la première la volonté de ne pas affoler davantage les marchés, la seconde la lourdeur des procédures dévaluation. Bref, il faut deux à trois mois pour que les tendances lourdes soient effectivement constatées. 

0 Réponses à “France : récession économique en vue dès octobre”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol