• Accueil
  • > économie générale
  • > Les économistes allemands pour l’abandon la Grèce, la recapitalisation de certaines banques et la faillite des autres.

Les économistes allemands pour l’abandon la Grèce, la recapitalisation de certaines banques et la faillite des autres.

Les experts allemands proposent l’abandon la Grèce, la recapitalisation de certaines  banques et la faillite des autres.

On sait combien la pensée allemande domine la stratégie européenne ; témoin la dernière réunion Merkel-Sarkozy où le président français a du s’aligner totalement sur la position allemande. Cette pensée allemande est très influencée  par les huit principaux instituts, très écoutés outre-Rhin à la fois très pertinents et très indépendants (ce qui n’est pas toujours le cas en France). Ces instituts estiment que l’Europe doit en priorité mettre au point un mécanisme de défaut des pays en difficulté. Ils ont, comme attendu, abaissé leur prévision de croissance pour l’Allemagne, à 0,8% en 2012, loin des 2% projetés en avril (voir article).Faut-il sauver la Grèce ? La question ne semblait plus se poser depuis quelques mois mais, jeudi 13 octobre, les économistes des principaux instituts de conjoncture allemands ont jeté un pavé dans la mare en remettant le sujet en débat. Les fameux huit instituts, qui livrent deux fois par an leurs prévisions de conjoncture et distillent des conseils très écoutés outre-Rhin, ont lancé un appel aux gouvernements européens à arrêter d’investir leur énergie dans le sauvetage de la Grèce, pour se concentrer sur l’élaboration d’un mécanisme de faillite pour Etats et banques. Ils prennent ainsi implicitement parti pour une faillite de la Grèce, pourtant rejetée par Berlin et la quasi-unanimité des capitales européennes. «La politique européenne s’est jusqu’à maintenant fortement concentrée sur éviter à tout prix le défaut de paiement d’un Etat de la zone euro», écrivent-ils dans leur rapport d’automne. «Au lieu de cela, elle devrait élaborer un mécanisme efficace de faillite des Etats et un processus européen pour une recapitalisation et le cas échéant une faillite des banques», poursuivent-ils. La politique menée depuis l’an dernier, qui vise à empêcher le défaut de paiement de la Grèce et des autres à coups de programmes d’aide et de garanties, est dangereuse, selon eux. «Les événements depuis le printemps 2010 ont montré que les sommes engagées peuvent augmenter à l’infini, et le danger est que les Etats garants ne s’en sortent pas et que leur endettement à eux atteigne des sommes critiques», analysent-ils. Les pays de la zone euro ont déjà dessiné les contours d’un mécanisme de défaut de paiement ordonné des Etats membres, dans le cadre du mécanisme permanent MES censé entrer en vigueur mi-2013. Pour le moment toutefois, ce sont les préoccupations autour de la Grèce qui occupent le devant de la scène, et pas les débats et travaux autour du MES. Le plus grand risque pesant sur l’économie allemande est celui d’une accentuation de la crise européenne de la dette, qui pourrait entraîner un durcissement des conditions de crédit. C’est évidemment uen analyse qui tranche avec les positions diplomatiques européennes qui compte tenu des diversités de situations et des oppositions tentent toujours de gagner du temps en ménageant tout le monde. C’est pourtant bien dans cette direction que s’engage l’Europe sou l’impulsion de l’Allemagne. D’abord, c’est l’obligation de recapitaliser les banques, cela en prévision du défaut Grec qui faut décider (de l’ordre de 50% sur la dette publique), ensuite se garantir contre les faiblesses contres les autres pays endettés.

0 Réponses à “Les économistes allemands pour l’abandon la Grèce, la recapitalisation de certaines banques et la faillite des autres.”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol