Le déficit des USA à 8,7% et dette à 99% du PIB ! Pas de leçons à donner !

 Le déficit des USA à 8,7% et dette à 99% du PIB ! Pas de leçons à donner ! 

Le président Obama, le américains en général pressent l’Europe de régler sa crise financière considérant que cette crise est à l’origine du tassement de l’activité économique mondiale. Le secrétaire d’Etat au trésor américain ne se prive pas de donner des leçons de gestion à l’Europe. Ce que n’apprécient guère les européens et en particulier A. Merkel qui a tenu a rappelé  que l’Europe n’avait pas de leçon à recevoir.  En réalité, les Etas Unis sont assez mal placés pour donner de telles leçons si l’on en juge par les très récents chiffres des comptes publics. Le déficit budgétaire des Etats-Unis a atteint 8,7% du produit intérieur brut américain en 2010-2011, soit 0,3 point de moins que lors de l’exercice précédent, selon l’estimation officielle du Trésor publiée vendredi à Washington. En termes absolus cependant, le trou des finances publiques s’est légèrement creusé par rapport à l’exercice 2010, de 0,4%, pour atteindre 1.299,2 milliards de dollars, ce qui en fait le deuxième plus gros déficit de l’histoire des Etats-Unis, après celui 1.416 milliards enregistré en 2009. L’année budgétaire court du 1er octobre au 30 septembre aux Etats-Unis. Les recettes de l’Etat fédéral ont augmenté de 6,5% par rapport à 2010, pour atteindre 2.302,5 milliards de dollars, soit 15,4% du PIB (contre 15,1% un an plus tôt), indiquent les chiffres du Trésor. Les dépenses ont augmenté de 4,2% et se sont élevées à 3.601,1 milliards de dollars, soit 24,1% du PIB, ratio identique à celui de l’année précédente. Du côté des recettes, la collecte de l’impôt sur le revenu a augmenté de 21,5% et a rapporté plus de 1.091 milliards de dollars. Les recettes de la sécurité sociale et la collecte de l’impôt sur les sociétés ont en revanche reculé de plus de 5%, à environ 815 milliards et 181 milliards respectivement. Du côté des dépenses, le plus gros poste a été celui de l’assurance-retraite (près de 731 milliards de dollars), en hausse de 3,4%, devant la défense nationale (708 milliards de dollars, en hausse de 15%), l’assurance-chômage (602 milliards, en baisse de 3,3%), le Medicare, l’assurance santé des aînés (près de 485 milliards de dollars, en hausse de 5,3%).  Par comparaison, les dépenses pour l’éducation n’ont représenté que 97.986 milliards de dollars, soit 23% de moins qu’en 2010, et celles pour la science ont baissé également, de 2,3%, pour s’établir à environ 30 milliards de dollars. Selon les chiffres du Trésor, les intérêts payés par les Etats-Unis sur leur dette ont augmenté de 9,7% en 2011 pour atteindre 454 milliards de dollars, mais une grosse partie de ces intérêts correspond à des versements que l’Etat se fait à lui-même puisqu’ils vont aux caisses de retraite et d’assurance maladie. Le Trésor préfère mettre en avant le montant des intérêts nets payés par l’Etat (qui ne tient pas compte de ceux que l’Etat se verse à lui-même ni de ceux qu’il perçoit au titre de ses placements). Ce chiffre net s’est établi à 227 milliards de dollars en 2011, en hausse de 15,7% par rapport à l’exercice précédent. Selon les données disponibles sur le site internet du Trésor, la dette publique américaine atteignait 14.790 milliards de dollars à la fin de l’exercice 2011, soit 9% de plus qu’un an plus tôt, et équivalait à environ 99% du PIB américain. Ces chiffres ne tiennent pas compte de la dette contractée par les organismes de refinancement hypothécaires Fannie Mae et Freddie Mac, nationalisés en 2008, et qui s’élevait fin juin à près de 5.400 milliards de dollars. Sauf dans quelques pays comme la Grèce (endettement de plus de 160%) ou l’Italie (endettement de l’ordre de 120%), l’Europe, bien que mal en point, est cependant bien plus vertueuse que les Etats Unis. Théoriquement d’après les critères de convergence, le déficit  budgétaire ne devrait pas dépasser 3% ; la dette ne devait pas dépasser 60% du PIB, On a franchi ce seuil avec la crise de 2088 de 2 à 3 points pour l’équilibre budgétaire et de 15 à 20 points pour la dette (les chiffres de 2011 ne sont pas connus mais devraient se dégrader du fait de la crise économique).  Par exemple la France s’est engagée à réduire le déficit public de 7,1% du produit intérieur brut fin 2010 à 5,7% fin 2011, 4,6% fin 2012 et 3% fin 2013. Avec ces mesures, on dépassera les 6% de déficit budgétaire en 2011. En 2012, la prévision de croissance à 2.% est obsolète, elle sera de l’ordre de 1%, du coup on sera au moins à 6% de déficit budgétaire et non à 4.5% comme l’annonce F.Fillon. Conclusion, on ne pourra jamais atteindre l’objectif de 3% fin 2013. Le gouvernement prévoit que le rapport dette publique/PIB commencera à baisser à partir de 2013. Ce ratio atteindrait selon lui 84,6% du PIB en 2011, 86,0% en 2012, 85,6% en 2013 et 84,1% en 2014. Or en l’état actuel de la situation, c’est déjà un déficit record qui s’annonce pour 2011 tant pour le budget que pour la dette. En Europe comme en France, on est encore loin de la situation d’endettement des Etats Unis. En outre et surtout, le tassement de la croissance va amplifier les déficits budgétaires et les dettes en 2011 et surtout en 2012 (avec au mieux ici une stagnation, là une petite croissance de 1%°). Il ne faut guère compter sur le plan Obama de 450 milliards pour relancer cette croissance dont on peut d’abord douter de l’efficacité et qui ne sera jamais adopté par le congrès en l’état. En fait les Etas Unis pour 2011-2012 auront un déficit budgétaire qui va dépasser 10% du PIB et la dette va nettement franchir la barre des 100%. L’Europe n’est certainement pas vertueuse pour s’être affranchie des critères de convergence mais les Etats unis ont une situation notoirement plus dégradée et catastrophique vis-à-vis d’une monnaie support des échanges infranationaux. Les Etats Unis oublient aussi sans doute que le début de la crise a commencé chez eux en 2008 avec les subprimes et la faillite des banques. On ne peut que se réjouir que Merkel se refuse désormais à accepter des leçons de bonne gouvernance, elle a la légitimité pour elle. 

0 Réponses à “Le déficit des USA à 8,7% et dette à 99% du PIB ! Pas de leçons à donner !”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol