Après l’Italie et l’Espagne, dégradation de la note de la France ?

Après  l’Italie et  l’Espagne, dégradation de la note de la France ?  Nouvelles dégradation en Europe, avec  un cran pour l’Italie et deux crans pour l’Espagne. La note de l’Italie a été ramenée de AA- à A+ et celle de l’Espagne de AA+ à AA-. La perspective des deux pays est négative, ce qui laisse envisager de nouveaux déclassements. Motif : l’aggravation des déséquilibres budgétaires sur fond de crise européenne. L’Italie a déjà été déclassée récemment par Moody’s et Standard & Poor’s. Fitch a par ailleurs annoncé vendredi qu’elle maintenait le Portugal sous surveillance avec implication négative Le Portugal est noté BBB- par l’agence. Concernant ce dernier pays, la Commission européenne enverra  une équipe d’experts pour aider les autorités à réorienter les fonds de l’Union européenne vers les réformes économiques convenues avec la troïka (UE, Fonds monétaire international, Banque centrale européenne). L’euro a reculé à l’annonce des déclassements, tout comme Wall Street. Les analystes disent toutefois que la décision sur l’Italie était tout à fait prévisible. Les décisions des agences ont notamment pour objet d’exercer une pression supplémentaire sur les gouvernements pour qu’ils amplifient les réformes structurelles. C’est bien ce que prévoit l’Italie mis on fait peu de crédit à la coalition politique au pouvoir tellement elle est maintenant divisée et affaiblie. En Espagne, la dette concerne surtout les régions autonomes qui agissent de manière assez disparates et pas à la hauteur de l’endettement. Les réactions à ces dégradations sont différentes en Italie et en Espagne. »Nous respectons cette décision mais nous la contestons », a dit un porte-parole du ministère de l’Economie espagnol. Le ministre des Affaires étrangères italien Franco Frattini a été moins diplomatique, estimant que les « marchés n’ont pas grand chose à faire de Fitch, Moody’s et compagnie ». Une réaction qui témoigne du climat de fin de règne en Italie. Certes, on peut contester le rôle des agences mais il faut cependant observer qu’elles n’ont aucun pouvoir de décision. Leur rôle est dévaluer les risques et d’informer les marchés. L’ampleur de la dette italienne qui dépasse les 120% du PIB met ce pays entièrement dans les mains du marché et donc aussi des agences. Si les marchés devaient réagir très négativement vis-à-vis de l’Italie ou e l’Espagne, l’Europe n’aurait pas les moyens de soutenir des pays de cette dimension. La contagion pourrait alors atteindre d’autres pays, le prochain pourrait être la France. En Effet, en dépit des déclarations du gouvernement sur la maîtrise des déficits, le très net tassement de la décroissance tant fin 2011 qu’en 2012 va remettre en cause les objectifs de réduction de la dette. A moins de nouvelles réductions drastiques des dépenses, les conditions pourraient être réunies pour que la notation de la France soit menacée vers le début de 2012. Rappelons en effet que la croissance française qui sera autour de 1.6% en 2011 et en dessous de 1% en 2012 remet en question les objectifs de rééquilibrage budgétaire. L’équilibre budgétaire promis en 2013 est renvoyé à 2015-2017 et nous allons dépasser les 90% d’endettement en 2012, année qui va stériliser l’action gouvernementale du fait des élections. 

0 Réponses à “Après l’Italie et l’Espagne, dégradation de la note de la France ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol