L’inflation européenne va condamner la baisse des taux

L’inflation européenne va condamner la baisse des taux  Alors qu’on s’attendait à un ralentissement de l’inflation du fait du tassement de l’activité mondiale, l’inflation dans la zone euro en septembre. atteint à 3% contre 2,5% le mois précédent, selon Eurostat, soit le plus haut niveau depuis 35 mois. Le chiffre dépasse largement les attentes du marché: les analystes interrogés par l’agence Dow Jones Newswires tablaient sur une stabilisation de l’inflation à 2,5%.Cette inflation serait due essentiellement à la hausse des prix énergétiques et de l’habillement. L’accélération de l’inflation en zone euro semble logique alors que l’Allemagne a connu en septembre une poussée à 2,6%. Même chose en Espagne où le rythme de l’inflation a augmenté à 3%, après 2,7% en août. La hausse des prix à la consommation reste pour la dixième fois consécutive au-dessus du seuil de 2% visé à moyen terme par la BCE. Du coup, il n’est plus certain que la BCE envisage de réduire ses taux. Gardienne de la stabilité des prix en zone euro, la BCE vise sur le moyen terme une inflation légèrement inférieure à 2%. Pour juguler les pressions inflationnistes naissantes, elle a avait relevé deux fois cette année son principal taux directeur, qui est désormais fixé à 1,50%.Mais face à des craintes de récession en Europe, l’Autrichien Ewald Nowotny, n’a pas exclu cette semaine des baisses de taux directeurs dans la zone euro. Avec la montée de l’inflation et compte tenu de l’orthodoxie de la BCE, il n’est plus du tout certain que la BCE décide de diminuer ses taux cette semaine. Ce n’est évidemment pas une bonne nouvelle pour le soutien de la croissance. De toute manière, les membres de la BCE étaient déjà très divisés sur cette éventuelle baisse et on peut supposer que l’Allemagne va s’y opposer car elle craint par dessus tout une reprise de l’inflation. En France, jusque là les prix s’étaient montrés plus sages. En août 2011, l’indice des prix à la consommation (IPC) est en hausse de 0,5 %, après une baisse de 0,4 % au en juillet. Sur un an, il augmente de 2,2 %. Hors tabac, l’indice est également en hausse de 0,5 % en août 2011 (+2,2 % sur un an). Corrigé des variations saisonnières (CVS), l’IPC s’accroît de 0,4 % (+2,2 % sur un an). La hausse de l’IPC du mois d’août provenait essentiellement de l’accroissement des prix des produits manufacturés à la fin des soldes d’été. Elle traduit aussi le renchérissement, également saisonnier, des services liés au tourisme. Enfin, les prix de l’énergie sont en hausse, à la fois en raison de l’augmentation des prix de l’électricité et du léger accroissement des prix des produits pétroliers. Ces hausses sont atténuées par le recul saisonnier des prix des produits frais et par la diminution, traditionnelle au mois d’août, des prix des services de santé .A noter aussi qu’en été, l’Insee relève traditionnellement nettement moins de prix que les autres mois de l’année, d’où un biais méthodologique. Reste à savoir quelle sera la tendance française en septembre. L’inflation pourrait aussi être affectée par la hausse des prix de l’énergie et de l’alimentation. Avec Une croissance atone et une inflation excessive, l’Europe cumule deux handicaps dont elle n’a pourtant pas besoin. 

0 Réponses à “L’inflation européenne va condamner la baisse des taux”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol