Vers la nationalisation de banques européennes

Vers la nationalisation de banques européennes  Une nouvelle fois, Christine Lagarde a affirmé que certaines banques devraient affronter une grave crise de liquidités et que la recapitalisation de « certaines » banques européennes était inévitable. Cette déclaration a encore pesé sur la valorisation en bourse des sociétés bancaires. De son coté, Goldman Sachs  a aussi considéré que les banques européennes devront trouver des fonds propres supplémentaires en cas des décotes sur la valeur de leurs portefeuilles de dette souveraine. Si effectivement des décotes plus importantes sont imposées aux banques sur leurs engagements à risque, ces banques devront trouver de l’argent soit en augmentant leur capital auprès des marchés financiers , soit encore via une intervention des gouvernements qui pourrait alors aboutir à des nationalisations en particulier en Grèce, Italie, Irlande, Espagne et Portugal. Dans l’hypothèse d’un crise de la dette souveraine, 38 banques auraient besoin de 30 à 92 milliards d’euros de capitaux pour revenir à un niveau plancher d’un core Tier One de 5% à 7% ». Le président du directoire de Deutsche Bank, Josef Ackermann, avait déclaré lundi que certaines banques européennes ne survivraient pas si elles devaient réévaluer leurs titres de dette souveraine au prix du marché au lieu d’appliquer la décote de 21% sur la dette grecque proposée lors du sommet européen de juillet. (Voir article) Le FMI a donc confirmé le besoin de liquidité des banques européennes. Un manque de liquidité lié bien sûr à l’insuffisance de fonds propres mais aussi aux réticences des banques elles-mêmes à se prêter entre elles. Principal indicateur de tension sur le marché interbancaire, l’écart entre le principal taux du marché, l’Euribor à échéance 3 mois, et le taux de l’argent au jour le jour (overnight indexed swap ou OIS), a renoué vendredi avec son niveau d’avril 2009, au lendemain de la crise financière.  Il est clair que les doutes sur la crédibilité du plan Grec, l’endettement d’autres pays comme l’Italie, enfin le ralentissement économique pèsent sur les marchés et expliquent la dévalorisation des cotes des valeurs financières. La crise de liquidité n’affecte pas seulement certaines banques européennes mais aussi les autorités monétaires internationales comme le FMI ou la BCE. Le FMI dispose de 390 milliards de dollars qu’il pourrait aisément prêter sans mettre en péril son bilan mais en cas de crise très grave, il pourrait être contraint de prêter jusqu’à prêter 840 milliards de dollars. La BCE de son coté pourrait aussi envisager une augmentation de capital. La banque centrale européenne n’était en effet pas dimensionnée pour intervenir en matière de rachat d’obligations et de prêts aux Etats en difficulté. En outre juridiquement, cette intervention de la BCE est contestable et d’ailleurs contestée par certains Etas y compris l’Allemagne. 

0 Réponses à “Vers la nationalisation de banques européennes”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol